Gabon: Satcon confirme le retrait des chaînes beIN sports de ses bouquets

Bein Sport désormais inaccessible sur les bouquet SatCon © GMT/D.R

Réunie en assemblée plénière le mardi 11 septembre dernier, à son siège sis à l’avenue du Général de Gaulle, la Haute autorité de la communication (HAC) s’est prononcée sur le recours gracieux formé par la société SatCon contre sa suspension de trois mois et l’injonction de retirer de ses bouquets les chaînes beIN sports. Auditionné par l’institution, Mvoumba Moahamey, directeur général de cet opérateur de distribution de programmes télévisés a confirmé que son entreprise n’a tardé à s’exécuter qu’à raison de problèmes techniques.

Le réseau qatari de chaînes de télévision sportives, créé en 2011, appartenant depuis janvier 2014 à BeIn Media Group, présidé par Nasser Al-Khelaïfi faisait l’objet de piratage par la société libanaise Satcon, distributeur de chaînes en télévision numérique terrestre. Sanctionné par la HAC du fait de ce comportement déloyal et anticoncurrentiel, cet opérateur qui tardait à mettre en application l’injonction du gendarme des médias a fini par retirer de l’ensemble de ses bouquets lesdites chaînes de télévision.

Si la Haute autorité de la communication a levé la sanction portant sur les trois mois de suspension de SatCon sur l’ensemble du territoire en raison des « dommages collatéraux » que pourraient subir ses abonnés, il n’en demeure pas moins que le retrait des chaînes beIN sports de ses bouquets subsiste. Les abonnés Satcon devront donc s’orienter vers la concurrence pour profiter du spectacle de l’UEFA Champions League qui démarre ce 18 septembre prochain.

Ayant présenté ses excuses pour l’exécution tardive des décisions de la Haute autorité de la communication, Mvoumba Moahamey, a selon le communiqué de l’institution justifié ce retard par « des contraintes techniques ». C’est seulement le 6 septembre dernier que SatCon a décidé de mettre un terme aux « méthodes », aux « mécanismes » et aux « pratiques illégales » que lui reprochait la HAC, notamment le piratage des chaînes beIN sports.  

Laissez votre commentaire