Gabon: sans salaire depuis des mois, il vend les biens de son employeur

Gabon Gabonmediatime Palais De Justice
Palais De Justice de Libreville © D.R.

Ne percevant plus son salaire depuis des mois, Dabré Abdoul Fatab de nationalité Burkinabè, employé dans un motel de Plein ciel à Libreville a décidé de se faire justice. Il aurait donc entrepris en juillet 2019, de vendre en toute discrétion les biens de son employeur. Ce dernier s’étant rendu compte de la supercherie a tout de suite saisi les forces de l’ordre. Placé en détention préventive à la prison centrale de Libreville depuis le 22 juillet 2019, le présumé voleur a récemment comparu devant le tribunal correctionnel de Libreville pour vol aggravé et défaut de carte de séjour. 

Privé depuis plusieurs mois de ses émoluments , un employé burkinabè a décidé de s’en prendre aux biens de son employeur. Selon le quotidien L’Union qui rapporte les faits, Dabré Abdoul Fatab a subtilisé les biens de son employeur et les a écoulés au marché noir avec la complicité de Franck Sherman Boundzanga Mikolo. Dénoncé par son employeur, le sujet burkinabè a été appréhendé puis inculpé pour vol aggravé. Son présumé complice et lui ont par la suite été placés en détention préventive à « Sans Famille » pour le même chef d’accusation. 

A la barre, face à toutes les preuves qui l’accablent, Dabré Abdoul Fatab n’aura d’autre choix que de passer aux aveux. « Je suis gardien dans un motel et mon patron me doit plusieurs mois de salaires. Pour faire face à cette situation intenable, j’ai alors décidé discrètement de vendre illégalement au marché noir certains effets du motel, afin de régler mes soucis d’argent » a-t-il témoigné. Par contre, son présumé complice Franck Sherman Boundzanga Mikolo ne reconnaît pas les faits qui lui sont reprochés. « Je suis démarcheur et je ne savais pas que les biens que Dabré Abdoul Fatab me proposait à la vente étaient les produits de vols. » s’est-il exprimé. 

Maître Bongho Mavoungou avocat de la partie civile, rappelant que la valeur des bien est estimée à 800 000 Fcfa, a plaidé pour la condamnation des deux hommes pour vol aggravé. Le ressortissant burkinabè doit être condamné à payer 20 millions de Fcfa à titre de dommages et intérêts à son ex-employeur. 

Le Maître des poursuites quant à lui, a requis à l’encontre du présumé voleur  dépourvu de titre de séjour 5 ans de prison ferme et une amende de 200 000 fcfa. Pour le Gabonais, une amende de 300 000 fcfa a été requise. Le verdict sera connu lors de la première audience après la rentrée judiciaire 2019-2020.  

Laissez votre commentaire