Gabon: le Samu social manque de moyens financiers

Wenceslas Yaba, Coordinateur du Samu social gabonais © GMT

C’est au cours d’une interview qu’il accordée à nos confrères du quotidien L’Union et parue ce mercredi 31 octobre 2018, que le Coordinateur du Samu social gabonais, le docteur Wenceslas Yaba, a dressé l’état des lieux de cet instrument de réduction de la pauvreté et de la mortalité au Gabon. Lequel met en exergue le manque de moyens financiers qui entrave la satisfaction de son objectif de prendre en charge la totalité des 700 milles personnes déclarées comme étant totalement exclues du système sanitaire social.

L’ambition de faire du Samu social gabonais un organisme efficace dans la satisfaction des besoins sanitaires des populations gabonaises devient de plus en plus difficile au regard du manque des moyens financiers considérables que connaît cette structure sociale aux perspectives immédiates très prometteuses. «Nous sommes à plusieurs mois sans ressources financières nous avons un sentiment d’inachevé qui nous choque, en 24 mois, on aurait pu avoir les 700 mille personnes qui sont déclarées au Gabon comme étant totalement exclues du système sanitaire social», a déclaré le Monsieur Yaba au cours de son interview.

L’organisme sanitaire qui offre des prestations quasiment gratuites, se retrouve confrontée à un manque de fonds nécessaires utiles à l’achat de plateaux techniques, à la rémunération des agents et à son expansion sur toute l’étendue du territoire. « Nous souhaitons avoir un laboratoire d’analyses médicales gratuit pour les populations démunies, nous pensons avoir les moyens de le faire. Les perspectives sont encore denses et prometteuses », a-t-il  mentionné.

Le manque de ressources financières entrave également les objectifs et les perspectives du Samu social à court terme  du coordonnateur de cette structure qui entend la redynamiser pour satisfaire pleinement sa mission. « Nous souhaitons faire de l’urgence sociale, multiplier les centres d’hébergement qui sont très utiles. Il y a tellement de femmes et d’enfants abandonnées. Là encore on demande des moyens pour le faire », a-t-il souligné.

Par ailleur, le Docteur Wenceslas Yaba se satisfait des quelque 200 mille Gabonais qui ont bénéficié des prestations du Samu depuis sa création. Il est donc opportun pour le gouvernement d’octroyer à cette structure de santé de proximité utile aux plus démunis les moyens nécessaires pour son bon fonctionnement et son expansion.  

Laissez votre commentaire