Gabon/Rupture d’Antirétroviraux: le gouvernement veut planifier «une vraie politique du médicament»

Julien Nkoghe Bekale entouré de plusieurs ministres et responsables d'administrations © D.R

Ce mardi 5 mars 2019 à l’immeuble du 2 décembre, a eu lieu une importante réunion entre le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, la ministre de la Santé Denise Mekam’Ne Edzidzie, et les ministres du Budget et de l’Economie. Au cœur de ces échanges, la planification « d’une vraie politique du médicament », notamment les antiretroviraux.



C’est ce qui ressort de la séance de travail qui a eu lieu ce mardi 5 mars 2019, entre le chef du gouvernement Julien Nkoghe Bekale, et les ministres de la Santé, du Budget et de l’Économie. Ainsi, face à la pénurie annoncée de médicaments notamment des antirétroviraux, le Premier ministre a  indiqué qu’il fallait planifier « une vraie politique du médicament ».

En effet, avec plus de 38 000 malades sur le point d’être privés d’antirétroviraux, la situation apparaît de plus en plus urgente. C’est donc compte tenu de ces facteurs, que Julien Nkoghe Bekale a instruit ses ministres à sortir de l’urgence et à « s’arrimer davantage à la planification », car selon lui « on ne choisit pas une catégorie de médicaments ou de tomber malade ».

Faisant de l’amélioration de l’offre de santé une de ces priorités, notamment au sortir du dernier séminaire gouvernemental, Julien Nkoghe Bekale souhaite également « dépenser l’argent avec justesse et efficacité au profit des populations » comme il l’a rappelé lors de « son grand oral » devant les députés.

Par ailleurs, le chef du gouvernement a indiqué qu’il « souhaite que soit restauré l’Office National Pharmaceutique pour une réelle autonomie de ce secteur ». Volonté qui s’inscrit dans la droite ligne de son ambition de redynamiser les services de l’Etat, afin d’en optimiser les ressources et d’offrir des services de qualité aux populations.

Laissez votre commentaire