Gabon: Richard Moulomba s’interroge sur le huis clos de la prestation de serment du gouvernement

Les membres du gouvernement Nkoghe Bekale face à Ali Bongo © D.R

C’est à la faveur d’un entretien accordé à la presse que le Président de l’Alliance pour la Renaissance Nationale (ARENA) Richard Moulomba Mombo, membre de la coalition pour la nouvelle République (CNR), s’est exprimé sur « la prestation de serment secrète » du gouvernement Nkoghe Bekale au palais Rénovation le mardi 15 janvier dernier en présence du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. Le premier responsable de cette formation politique s’est interrogé sur le huis clos de cette cérémonie.   



Lors de cet entretien, le Président de l’Arena est revenu sur l’actualité politique au Gabon notamment la tentative de coup d’Etat des agents du  Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon (MPJFDS), les divergences d’opinions au sein de la classe politique de l’opposition et  la prestation de serment des membres du gouvernement devant le Chef de l’État.

S’agissant de la divergence d’opinion au sein de l’opposition gabonaise, l’orateur a présenté le bien fondé de cette démarche pour les démocraties modernes. « C’est justement parce que la différence entre nous, notamment d’opinions, loin d’être une source de régression, enrichit les débats de société et la transforme en devenant source et moteur de développement », a t-il indiqué.

interrogé au sujet de la tentative de destabilistalation du Gabon par des jeunes soldats de la garde républicaine, le membre de la CNR a observé quelques manquements lors de cette attaque. « Je crois qu’ils en ont donné une idée dans leur déclaration. Si je puis me permettre une observation, c’est que d’une part, pour un coup d’Etat, ça parait d’une légèreté extraordinaire ; d’autre part, est-ce qu’il appartient au tribunal civil de juger un officier militaire ? En tous les cas, ce coup de force laisse d’énormes points d’interrogation chez plus d’un Gabonais. Dans les prochains jours, la vérité sortira et nous éclairera », at-il déclaré.

Abordant la question de  la prestation de serment du gouvernement et du premier ministre devant le chef de l’Etat qui a effectué un « voyage éclair »  à Libreville après une absence de deux mois à la tête du Gabon suite à une attaque vasculaire cérébrale, ayant entravé considérablement la santé d’Ali Bongo que certains estiment désormais incapable d’assumer ses fonctions, le numéro un de l’ARENA s’est posé plusieurs questions.

«La prestation de serment ? Pourquoi tant de mystères autour de celle-ci ? Pourquoi est-elle si fermée alors qu’elle est constitutionnelle ? Et cette prestation se faite devant qui ? Le président de la République ? Qui l’a vu arriver à Libreville ? Même pas leurs propres partisans qui ont pourtant fabriqué tee-shirts et casquettes pour l’accueillir triomphalement », s’est-il interrogé, avant de préciser que « tous ces micmacs laissent plus de points d’interrogation qu’ils n’en résolvent. Donc, loin de dissiper les doutes, ils les renforcent ».

Laissez votre commentaire