Gabon: Renaud Allogho décline les ambitions de la Cnamgs devant les députés

Renaud Allogho Akoue entouré de membres de la Commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale © Cnamgs

Ce mercredi 22 mai 2019, le directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs) était face aux honorables députés de la Commission des Affaires Sociales des Affaires Culturelles et de la Communication. Il était question lors de ce passage devant la représentation nationale de faire une présentation des activités de cet organisme et réitérer  son engagement de rendre palpable l’assurance maladie universelle tel que souhaité par les plus hautes autorités en tête desquelles le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba.



Lors de cette présentation effectuée par le directeur général Renaud Allogho Akoue, il était question d’échanger avec les honorables députés sur la situation générale de la Cnamgs. Ainsi, lors de son exposé il a abordé entre autres la situation financière et budgétaire de l’organisme, son déploiement sur le terrain mais aussi la problématique de la suspension des prestations Cnamgs au sein des établissements hospitaliers publics du pays et qui a une incidence sur les assurés.

Présentant la stratégie mise en place par la  Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale, matérialisée par son plan quinquennal dénommé Aissa 22, le directeur général adjoint de cette entité Pamphile Sangoma a expliqué que l’objectif recherché était d’augmenter le nombre d’assurés dans les prochains mois pour arriver à une véritable couverture maladie universel.

A cet effet, l’organisme s’appuie sur deux leviers essentiels orientés vers un déploiement offensif  de la CNAMGS dans tous les recoins du pays, surtout en zones rurales. Il s’agit notamment de l’installation des délégations départementales  déjà en cours. « Nous ne nous arrêtons plus dans les capitales provinciales,  nous avons à cœur d’atteindre la cible, donc les populations les plus reculées du pays, avec nos capacités techniques et nos capacités structurelles nous allons de plus en plus vers les personnes qui sollicitent l’enrôlement dans notre fichier », a-t-il indiqué.

Outre l’installation de ces structures déconcentrées, la Cnamgs compte également sur le déploiement depuis plusieurs semaines des unités mobiles, composées de véhicules équipés des kits d’immatriculation. Il s’agit de l’immatriculation mobile itinérante. Cette technique consiste à aller vers les populations situées dans les zones peu accessibles de Libreville tout comme de l’arrière pays.

Par ailleurs, interrogé par les députés sur la suspension des prestations Cnamgs au sein des hôpitaux publics, il a tenu à rassurer la représentation nationale sur la volonté de la Cnamgs de continuer à assurer ses missions auprès des populations.

Laissez votre commentaire