samedi,28 novembre 2020
Accueil A La Une Gabon: quand le cas Evelyne prend des tournures politico-mercantilistes

Gabon: quand le cas Evelyne prend des tournures politico-mercantilistes

Atteinte d’une pathologie chronique qui lui a créée des lésions graves sur la tête, Eve Nda Mekame (Evelyne) a été évacuée en France, à l’hôpital Robert Debré de Paris, par la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) en mars 2018. Sauf que depuis plusieurs semaines, celle-ci est au centre d’une polémique orchestrée par des activistes gabonais qui empêcheraient son retour au Gabon alors que son médecin traitant dans l’hexagone, le Dr. Emmanuelle Bourrat, Dermatologue, avait donné son accord.  

En effet, depuis l’intervention des activistes gabonais résidant en France, ce cas qui relève strictement d’un problème essentiellement technique propre à la médecine a pris une tournure politique. Ces derniers exploiteraient la souffrance de la jeune fille à des fins inavouées, notamment politiques ou mercantiles. Dans un exercice presque de manipulation, ils ont entrepris des démarches qui ont pour conséquence de bloquer le retour d’Eve Nda Mekame  depuis septembre 2018 instrumentalisant cette dernière et son accompagnateur Richy désormais souhaitent s’installer en France.

Pis, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, les activistes exposent sa maladie, en enlevant les bandes posées par les médecins ou encore lui fait dire qu’elle ne reconnaît pas l’autorité parentale de son oncle le Dr. Assoumou Akue, dépêché à Paris pour faciliter son retour. Une situation incompréhensible qui désormais met à mal le suivi normal de son cas, alors que depuis son évacuation, la Cnamgs a assumé la prise en charge totale (hébergement, restauration et loisir) de la patiente.

Il faut relever que ce retour avait été autorisé par son médecin traitant en France et une fois sur place elle devait être suivie par le médecin qui avait d’ailleurs sollicité son évacuation, le Dr Ntsame Ngoua Stéphanie dermatologue au Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL), conformément à la procédure des évacuations sanitaires de la Cnamgs.

Selon des informations recueillies par Gabon Media Time, la jeune fille n’est pas totalement guérie, mais selon la procédure habituelle et avec l’accord de son médecin traitant en France, elle peut poursuivre le traitement en étant au Gabon, avec la possibilité de repartir faire des contrôles réguliers en France. Au vue de tous ces éléments, il ressort donc clairement qu’on serait face à une manipulation purement politicienne qui pourrait avoir une incidence sur le bon suivi du traitement de la jeune fille.

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion