Gabon: quand la CNSS pousse insidieusement les retraités vers la tombe !

Siège social de la CNSS à Libreville © GMT

La problématique de la lenteur administration n’est semble-t-il pas l’apanage du service public gabonais dont le niveau de performance laisse à désirer. La situation subie par les retraités au sein de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) notamment sur le traitement des dossiers est d’autant plus préoccupante qu’on sait les difficultés que traversent ces citoyens qui toute leur vie ont cotisé mais peinent à rentrer rapidement dans leurs droits.



Dans un pays où l’espérance de vie est estimée à 66,10 ans selon les statistiques de l’organisation mondiale de la santé (OMS), la situation des personnes admises à la retraite demeurent inquiétante au vue de la lenteur observée dans le traitement de leurs dossiers au niveau de l’organisme en charge du service public de sécurité sociale. Il n’est pas rare de rencontrer dans le hall de la caisse des Gabonais ayant fait valoir leurs droits à la retraite mais qui depuis plusieurs mois voire des années, voient leurs dossiers avancer à pas de tortue.

Malgré les assurances apportées par les directeurs des Prestations techniques et de l’Immatriculation et du Recouvrement en décembre 2018 concernant le traitement des dossiers de pension. Selon la directrice des Prestations Techniques, Prisca Opirina, la principale cause des lenteurs enregistrées dans le paiement réside dans la reconstitution de la carrière des assurés qui à ce jour s’effectue de façon manuelle. Dans le même temps, la CNSS avait assuré qu’elle devait mettre en place un logiciel qui devait permettre d’accélérer la gestion des dossiers.

Sauf que 5 mois après, la situation semble au point mort. Selon de nombreux témoignages recueillis auprès de certains retraités  venus suivre leurs dossiers rien ne bouge, donnant l’impression que la « Caisse n’en a cure des récriminations qui lui sont fait  concernant la lenteur dans le traitement des dossiers ». « Depuis près d’un an, je fais des tours ici pour voir l’état d’avancement de mon dossier, mais comme toujours les agents ne donnent aucune explication concrète. Ils disent tout le temps qu’on doit être patient alors que j’ai non seulement des problèmes de santé et des difficultés à vivre désormais », nous a confié une retraité qui a requis l’anonymat.

Cette récrimination faite à la caisse n’est pas comme certains pourraient le penser un fait isolé puisqu’elle concerne des centaines de nouveaux retraités. Un retraité du ministère de la Défense que nous avons rencontré à l’accueil du siège de cette organisme n’a d’ailleurs pas manqué de fustiger cette situation qui donne l’impression que « la CNSS veut simplement retarder le paiement de nos droits jusqu’à ce que la mort vienne nous trouver ».

Faut il rappeler que la loi n° 6/75 ud 25 novembre 1975 portant Code de la sécurité sociale garantie le droit au paiement d’une pension à tout « assuré qui atteint l’âge de 55 ans » avec comme seule condition d’avoir été immatriculé à la caisse depuis au moins 20 ans, avoir accompli au moins 120 mois d’assurance au cours des vingt dernières années précédant la date d’admission à la  pension et avoir cessé toute activité salariée. Pour ne plus enregistrer des plaintes à répétition, il serait donc judicieux pour cet organisme de « réellement dynamiser ses services » afin de permettre à des milliers de Gabonais de profiter paisiblement de leur retraite.

Laissez votre commentaire