samedi,28 novembre 2020
Accueil A La Une Gabon: quand des agents véreux tentent de saboter le fonctionnement de Jeanne...

Gabon: quand des agents véreux tentent de saboter le fonctionnement de Jeanne Ebori

Depuis plusieurs semaines, la question de la gestion  du Centre hospitalier universitaire Jeanne Ebori est au centre de toutes formes de fantasme au sein de l’opinion nationale, certains accusant même le ministère de la Santé de faire main basse sur les fonds issus de son fonctionnement alors que la gestion de cet hôpital dédié à la mère et à l’enfant a été confiée à un groupe espagnol, Sphera Global Health Care. Des allégations lorsqu’on sait que la gestion de cet établissement public se fait dans le cadre d’un partenariat public-privé.

La signature de la convention de gestion de cet hôpital avec l’opérateur espagnol le 21 février 2018 s’inscrit dans la volonté du gouvernement de permettre à cette structure de se doter d’une équipe managériale susceptible de lui éviter des difficultés de fonctionnement et financières que connaissent très souvent les hôpitaux publics. Un pari en passe d’être réussi au vue des résultats engrangés depuis sa mise en service.  

Il faut savoir que  la problématique de la gouvernance des hôpitaux était au centre des préoccupations des plus hautes autorités qui ont fait de l’amélioration de la gestion de ces structures une priorité absolue. Avec une subvention estimée à près de 730 millions de Fcfa, le Centre hospitalier universitaire Jeanne Ebori  propose des prestations de bien meilleure qualité que celles proposées par d’autres établissements notamment le Centre hospitalier universitaire de Libreville et d’Owendo qui bénéficient pourtant d’une subvention respectivement de quatre et deux milliards de Fcfa, avec des résultats en deçà des attentes des populations.

Une amélioration de la gestion administrative et financière de la structure imputable au groupe espagnol SFERA spécialisé dans la gestion hospitalière, qui ne semble pas être du goût de certains membres du corps hospitalier de cette structure qui s’épanchent désormais sur les réseaux sociaux pour dénoncer une supposée mauvaise gestion de la structure hospitalière. Certains d’entre eux supputant même sur le versement d’une sorte de ristourne aux hauts responsables du ministère de la Santé.

Selon nos investigations, ces accusations semblent trouver leur origine dans le nettoyage effectué dans la gestion de la structure, mettant ainsi fin aux pratiques de détournement et de contrebandes orchestrées  par certains membres du corps médical. En effet depuis « le démarrage de la gestion par SFERA nous observons avec satisfaction l’amélioration de la gestion administrative et financière de ce CHU », nous a confié un responsable de cette structure.

Ainsi, sur le plan des ressources humaines, le groupe espagnol a mis en place un système d’évaluation de la performance des agents qui y travaillent. De même que sur le plan financier, la mise en oeuvre d’une gestion informatisée des mouvements des fonds ne permet plus à « certains agents véreux de faire des magouilles avec les patients notamment  l’arnaque pour les consultations, le trafic des médicaments, les laboratoires d’analyses, l’attribution des lits/chambres ».

Au vue de ces éléments, il apparaît donc que ces accusations n’ont d’autre objectif que de mettre des bâtons dans les roues de la direction générale qui s’évertue pourtant à redonner une autre image aux structures hospitalières gabonaises.  

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion