Gabon: Promis pour mi-aout, Trans’Urb toujours en attente mi- septembre

Annoncée en grande pompe le 13 juin 2019 par le Ministre des Transports, Trans’Urb dont le lancement était prévu pour mi-août 2019, n’est toujours pas effectif. Appelé en outre, à venir en soutien de la Société gabonaise de Transport ( Sogatra), cette nouvelle entreprise de transport tarde à se matérialiser et répondre aux besoins de la population.  

« Améliorer et diversifier l’offre de transport  » tout en menant une « restructuration » de la Sogatra, telles étaient en substance, les objectifs visés par le Ministre des Transports, Justin Ndoundangoye, au moment de la présentation du projet Trans’urb. Conscient des difficultés de mobilité  auxquelles font face les populations et de l’offre de transport de plus en plus faible, cette initiative salutaire avait été accueillie avec faste et consacrée par l’assentiment du Conseil de Ministres

Il évoquait alors pour cette nouvelle compagnie de transport urbain un parc automobile de “ 300 bus et d’une perspective de 5000 emplois à créer, avait précisé la communication du Ministère des Transports. A cela venait se greffer une politique dont l’objet était de voler au secours du soldat Sogatra agonisant, par « la réhabilitation du parc automobile, l’installation d’un système fiable d’information et de comptabilité pour mieux tracer les recettes d’exploitation, etc ». 

Curieusement, alors que nous nous acheminons vers la fin de ce mois d’août, le projet Trans’urb semble être fatalement frappé du sceau de l’enfumage, à l’instar de ses congénères. C’est d’ailleurs ce que relèvent certains compatriotes « La mi-août est passée, monsieur le Ministre. Les Gabonais attendent toujours ou doivent-ils reléguer ce projet aux oubliettes ? » pouvait-on lire sur les réseaux sociaux. 

Au moment où des compatriotes s’immolent de questions concernant ce projet, à l’heure où plusieurs Gabonais, employés de Sogatra, vivent dans l’incertitude du fait de l’impossibilité d’être fixés sur le sort réservé à leur entreprise , le gouvernement, par l’entremise du Ministère des Transports, a l’obligation de communiquer afin d’édifier l’opinion, sur les raisons du retard de la mise en branle de ce projet.

Laissez votre commentaire