Gabon: prolifération d’établissements publics vétustes et insalubres

Une salle de classe d'un lycée gabonais © Gabonreview

Au Gabon et plus particulièrement à Librevilloise, le spectacle des édifices publics pourtant fonctionnels mais tout de même vétustes et insalubres est devenu légion voir récurrente. Que ce soit des bâtiments administratifs, des établissements scolaires ou encore des écoles supérieures, le constat est le même.

Le Lycée Technique national Omar Bongo (LTNOB), le Lycée scientifique, l’Ecole nationale des Eaux et Forêts (ENEF) situé dans la Commune d’Akanda, les immeubles des Trois-Quartiers ou encore dans le Centre-ville, le bâtiment abritant l’ex siège de l’Agence Gabon-Tour, sont entre autres, quelques cas d’édifices aujourd’hui au Gabon laissés à l’abandon au vu et au su de tous.

Ces bâtiments sont depuis quelques années déjà, dans un État de délabrement avancé. Envahis de hautes herbes, la peinture décrépie, ils donnent l’impression d’être inoccupées. Selon nos confrères du quotidien l’Union, les occupants de ces locaux rechignent à fournir le moindre effort pour améliorer leur cadre de vie. «A l’ENEF, chacun nettoie devant chez lui. Il y a un budget alloué pour l’entretien de l’école. Si la personne en charge ne fait rien, je ne vois pas pour quelle raison je dépenserais mes sous pour cela», a indiqué un occupant de l’ENEF, à nos confrères de L’Union.

Un état d’esprit qui n’est vraiment pas pour améliorer la situation de ces édifices. Il serait dans ce cas plus judicieux, que les autorités compétentes puissent se charger de leur rénovation, leur réhabilitation, ou même de leur l’entretien, pour une meilleure image de notre ville tout au moins.

Laissez votre commentaire