Gabon: le programme Ecofac 6 intègre les populations dans la gestion des ressources

Les participants à la conférence de presse du mardi 5 mars 2019 à Libreville © Com ECOFAC

Le programme Ecofac 6 a été présenté à la presse ce mardi 05 mars dernier. Le projet dont la mission principale est l’appui pour la préservation de la biodiversité et des écosystèmes fragiles d’Afrique centrale a réussi à intégrer les populations dans la gestion intégrée des ressources naturelles qui en tirent un bénéfice durable.



« Nous ne pouvons pas faire de la conservation de la faune sans impliquer les populations ». C’est en substance l’esprit qui anime les responsables de l’assistance technique du suivi technique et des aspects d’apprentissage du programme Ecofac 6 présenté en conférence de presse ce 05 mars à Libreville. En effet, les populations villageoises sont désormais associées dans la gestion intégrée des ressources naturelles et elles en tirent un bénéfice durable à travers des activités génératrices de revenus.

Le programme cible dans ses composantes nationales est un appui direct à 15 aires protégées réparties dans 8 paysages prioritaires pour la conservation dans 7 Etats d’Afrique centrale, notamment le Cameroun, la République Centrafricaine, la République du Congo, la République Démocratique du Congo, le Gabon, le Tchad, et Sao Tomé-et-Principe, en plus du financement des activités transversales dans le cadre de trois composantes. 

Aussi, dans le cadre de la gestion du conflit homme-éléphant très répandu dans les aires protégées proches des villages, l’assistance technique a trouvé une solution qui pourrait régler cette question définitivement. En fait, face à la dévastation des plantations des villageois par des éléphants, Ecofac 6 a lancé l’érection d’une dizaine de barrières électriques autour de certaines plantations. “Nous comptons atteindre l’objectif de 50 barrières par an”, a déclaré le directeur de la communication de l’Agence nationale des grands travaux.

Cette technique dissuasive et sans risque pour les animaux selon les responsables d’Ecofac 6 est inspirée du Kenya qui a une expérience de plus de 30 ans en matière de protection des plantations des paysans contre le ravage des éléphants. D’ailleurs, le Gabon s’est attaché les services d’une ONG kényane dont les trois experts dépêchés à Libreville ont contribué à l’érection des 10 barrières dans les environs du parc national de la Lopé. Les premiers villages touchés par l’opération d’installations de barrières électriques sont notamment dans l’ordre Kazamabika, Mikongo et Achouka.

Par ailleurs, mis en œuvre en avril 2017 pour s’achever en octobre 2023 et financé par l’Union européenne à environ 100 millions d’euros, le programme bénéficie aux Etats, aux institutions de gestion des AP (aires protégées), aux Réseau des institutions de formation forestière et environnementale de l’Afrique centrale (RIFFEAC) et aux populations de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

Il faut dire que le programme Ecofac 6, dont la première phase a été lancée en 1992, vise l’amélioration de la gouvernance des ressources naturelles et la gestion des aires protégées, en vue de contribuer à une économie verte caractérisée par un développement économique endogène, durable et inclusif, ainsi qu’à la lutte contre le changement climatique, selon les responsables de l’assistance technique du projet.

Laissez votre commentaire