Gabon: des proches de Ntoutoume Emane arrêtés à Oyem dans le cadre de l’opération Mamba

Ntoutoume Emane, président du RPR et ancien Maire de Librevile © D.R

Le vice président et le directeur de cabinet du président du Rassemblement des patriotes républicains (RPR) Albert Ntoutoume Emane, Alain Nguema Ntoutoume et Joanne Paul Emane Adibet ont été arrêtés tôt ce matin au sein du complexe hôtelier Mvett palace à Oyem dans la province du Woleu-Ntem, par des éléments de la police judiciaire, dans le cadre de l’affaire Mamba.

Si au moment de leur arrestation, les prévenus avec lesquels Gabon Media Time est rentré en contact n’avaient pas encore été notifiés des raisons de leur arrestation, de sources autorisées, nous apprenons que le parquet de Libreville a diligenté une enquête pour association de malfaiteurs, escroquerie en bande organisée et corruption active, dans laquelle  Albert Ntoutoume Emane est cité et a été convoqué pour être entendu.

Lire aussi >> Des proches de Jean François Ntoutoume Emane arrêtés à Oyem

N’ayant pas donné suite à cette convocation qui date de plus d’un mois, la police judiciaire n’aurait fait qu’exécuter un mandat d’arrêt délivré à l’encontre de ce dernier, qui selon les renseignements des forces de l’ordre, tentait de quitter le pays ce matin par la province septentrionale.

Albert Ntoutoume Emane serait à l’origine du contrat de bail emphytéotique accordé à la société Webcor qui avait obtenu le contrat de construction du Grand Marché de Libreville sur le site de la Payrie à l’époque où son père Jean François Ntoutoume Emane était l’édile de Libreville. Il aurait, selon certaines sources, bénéficié de rétrocommissions en République Démocratique du Congo (RDC), au Sénégal et en suisse.

L’Etat qui a été condamné le 21 juin dernier à Paris à payer 65 milliards de Fcfa à la société Webcor (GML SA) pour rupture abusive du contrat de construction du Grand Marché de Libreville entend faire la lumière sur la gestion de ce dossier. Dans le cadre de la même affaire, les ministres Luc Oyoubi et Magloire Ngambia auraitent accordé des exonérations fiscales et douanières à ladite société pour une durée de cinquante ans.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire