dimanche,18 avril 2021
AccueilDerniers articlesGabon: près d'une dizaine d'officiers de la Police nationale suspendus provisoirement pour...

Gabon: près d’une dizaine d’officiers de la Police nationale suspendus provisoirement pour racket, vols et ventes de drogues

Il s’agit de 9 officiers et sous-officiers issus des différentes unités de Forces de police nationale (FPN) qui ont récemment été sanctionnés pour une implication supposée dans des affaires de racket des automobilistes en majorité des taximen. Pour l’heure, ces suspensions sont à titre conservatoire dans l’attente de la décision des Conseils d’enquêtes et de discipline en cours de traitement.

La fin de la récréation a définitivement sonné dans les rangs des Forces de police nationale du Gabon. S’il y a quelques mois plusieurs agents avaient déjà payé le prix de leur incivisme notoire en dépit du port de cette tunique qui implique exemplarité et discipline, tout porte à croire que la liste va considérablement s’allonger. Cette fois-ci, les « grosses têtes » devraient tout logiquement tomber si on se fie à la décision annoncée le lundi 29 mars par le Général de division Serge Hervé Ngoma.

Le patron de la Police nationale a clairement indiqué que 9 Officiers et sous-officiers « sont suspendus de leurs fonctions, par mesure conservatoire, en attendant les décisions des conseils d’enquête et discipline ». Pour respecter la procédure disciplinaire engagée, Gabon Media Time (GMT) s’abstient de rendre publique la liste parvenue à sa rédaction ce jour. Néanmoins il convient de préciser que ces agents présumés « véreux » sont mis en cause pour une supposée implication dans des affaires de Racket, saisies irrégulières et la vente de substances prohibées.
Le document administratif portant suspension fait mention de plusieurs unités.

Il s’agit respectivement du chef de service Constats d’accidents et délits routiers, du chef de brigade de recherches et d’interventions (antenne Oclad Aéroport de Libreville),des commissaires du 6e arrondissement de Libreville et de Bitam, de l’enquêteur antenne Oclad à Ntoum, du responsable du bureau d’amendes forfaitaires au commissariat du 6e arrondissement de Libreville et du chef de service GAS, du chef d’antenne de l’Office central de lutte antidrogue (Oclad) à Bitam ainsi que de celui de l’antenne de Ntoum. Que de gros poissons. Nous y reviendrons !

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Bestheinfusion