samedi,8 août 2020
Accueil A La Une Gabon : près d’un an de salaires impayés à l'INPTIC, le gouvernement...

Gabon : près d’un an de salaires impayés à l’INPTIC, le gouvernement appelé à la rescousse

Rien ne va plus à l’institut national la poste et des technologies de l’information et de la communication (INPTIC). Pour cause, les agents vacataires n’ont perçu aucun copec au titre de leurs émoluments depuis bientôt un an. Une situation alarmante qui nécessite l’intervention des ministres de l’Enseignement supérieur  Jean de Dieu Moukagni-Iwangou, l’Économie numérique  Rigobert Ikambouayat Ndeka et de la Formation professionnelle Madeleine Berre. 

- Advertisement -Global Media Time Gifpx

Cela fait exactement dix mois que le personnel non-fonctionnaire de  l’Institut national de la poste et des technologies de l’information et de la communication n’a pas perçu son salaire. Toutes choses qui les confortent. Ces pères et mères de famille grâce à qui les cours se tiennent au sein de cet institut public créé par ordonnance le 25 Février 2010 mais dont les équipements vétustes, les matériels obsolètes, les conditions d’enseignement inadéquates pour un pays dont le gouvernement ne cesse de vanter ses efforts en faveur de l’investissement humain. 

Lire aussi : Gabon: Madeleine Berre promet l’ouverture d’un centre de formation professionnelle en mars 2020 

Aujourd’hui l’Institut national de la poste et des technologies de l’information et de la communication qui aura bientôt 10 ans est toujours logé dans les locaux vétustes de l’ancienne école des Postes. Plongé dans un état de décrépitude avancé les étudiants et les enseignants sont laissés pour compte. Pourtant dotés de la personnalité juridique et de l’autonomie administrative et financière les responsables qui se sont succédé depuis sa création n’en ont pas fait une institution académique de référence. 

« Quasiment au bord de la fermeture », rapporte Moutouki dans sa livraison n°187 de ce jeudi 14 novembre, les étudiants inscrits dans cet établissement supérieur ne savent pas s’ils vont pouvoir boucler l’année universitaire 2018-2019, avant d’entamer la suivante. Dans un climat où les enseignants vacataires, las de conjuguer « le verbe attendre » en ce qui concerne le paiement de leurs vacations la paralysie de l’établissement est sans cesse brandie par ces derniers. 

Lire aussi : Gabon: seulement 2 centres de formation construits sur les 10 prévus dans le PRE 

Placé sous la tutelle du ministère de l’Enseignement Supérieur, de l’Economie numérique et de celui en charge de la Formation professionnelle, l’ex-opposant radial Jean de Dieu Moukagni-Iwangou, Rigobert Ikambouayat Ndeka et madeline Berre sont interpellés aussi bien par les enseignants que par les étudiants pour trouver une solution qui permettrait que les uns et les autres rentrent dans leurs droits.

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Street 103 Gabon Gmt