dimanche,20 septembre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: près de 1200 milliards de FCFA de financements extérieurs en 2020

Gabon: près de 1200 milliards de FCFA de financements extérieurs en 2020

Malgré une relative accélération de la croissance entre 2018 et 2019, l’économie gabonaise reste fortement marquée par une dette publique abyssale et un recours systématique aux financements extérieurs. Ainsi, comme le souligne la loi de finances rectificative, le niveau global des tirages des nouvelles et anciennes conventions est arrêté pour l’année 2020, à près de 1200 milliards de FCFA.

L’accélération de la croissance connue par le Gabon entre 2018 et 2019 est-elle réellement révélatrice d’un dynamisme de notre économie? C’est la question que l’on pourrait se poser au regard du niveau excessif des tirages sur financements extérieurs du Gabon. Comme on peut le noter dans la loi de finances rectificative (LFR) récemment promulguée, le niveau global des tirages des nouvelles et anciennes conventions a atteint un plafond de près de 1200 milliards de FCFA. 

En effet, portés par l’Agence Française de Développement (AFD), Exim Bank China (la Banque d’exportation et d’importation de Chine), la Banque Africaine de Développement (BAD), le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM), ces Finex étaient entre autres censés renforcer les structures sanitaires, réhabiliter le transgabonais, construire pas moins de trois centres de formation ou encore appuyer le secteur agricole à travers différents projets.

Or, sur le terrain, ces projets structurants n’ont quasiment jamais vu le jour ou n’ont pas apporté les retours escomptés, au contraire de l’abîme qui s’est créé pour y plonger l’économie gabonaise. Pour s’en rendre compte, il suffit de constater l’effectivité des travaux de réhabilitation de l’ensemble des voiries urbaines du Grand Libreville, qui n’ont presque jamais décollé

Représentant aujourd’hui un peu plus de 5607 milliards de FCFA avec plus de 70% de dettes extérieures dont le remboursement en ces temps de Covid-19 devrait constituer un casse tête chinois, la dette publique gabonaise a donc encore de beaux jours devant elle. Une situation qui devrait amener l’exécutif et notamment l’économiste Ossouka Raponda, à s’interroger sur la stratégie de relance et prendre des décisions fortes concernant les dépenses de fonctionnement.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Street 103 Gabon Gmt