mardi,24 novembre 2020
Accueil A La Une Gabon: pourquoi la suppression du Sénat prend-elle tout son sens

Gabon: pourquoi la suppression du Sénat prend-elle tout son sens

Figurant parmi les institutions à la fois privilégiées et budgétivores en République gabonaise, la chambre haute du parlement est aujourd’hui mise à l’index du fait notamment des montants colossaux qui lui sont alloués. Loin d’être indispensable, cette institution qui compte en son sein pas moins de 102 membres, pose aujourd’hui question, d’aucuns à l’image de l’économiste Mays Mouissi, appelant même à sa suppression pour faire des économies.

Le constat est à la fois clair et effarant. A l’heure où le pays doit faire face à la plus grave crise économique de son histoire avec une perte de recettes budgétaires estimée à au moins 700 milliards de FCFA, la relise en cause du rôle et de l’importance de certaines institutions « privilégiées » sonne comme une évidence. C’est le cas notamment du Sénat, chambre (pas si) haute du parlement gabonais, mais dont les dépenses et le budget alloués, se caractérisent par des montants faramineux.

En effet, avec 10,738 milliards de FCFA alloués pour la seule année 2019 selon le rapport d’exécution budgétaire, soit le troisième plus gros budget alloué à une institution de la République, le Sénat dont le rôle est quasiment identique à celui de l’Assemblée nationale, c’est à dire voter les lois et contrôler l’action du gouvernement est aujourd’hui une véritable épine dans le pied du gouvernement dans l’optique « d’améliorer  la qualité de la dépense publique pour favoriser une croissance inclusive ». 

Cela est d’autant plus vrai qu’à l’occasion du dernier redécoupage électoral, le nombre de sièges de sénateurs a été réduit de près de 50% soit un total de 52 sénateurs. Une réforme qui avait conduit les vénérables à manifester leur désapprobation, le mardi 15 mai 2018 lors d’une audition du ministre de l’Intérieur Lambert Noël Matha sur le bienfondé de l’ordonnance portant répartition des sièges au sein de leur institution. Au cours de cette audition les sénateurs avaient rappelé sans convaincre le gouvernement que ledit texte constituait une violation de la loi en ce sens que « le système bicaméral en vigueur au Gabon, ne permettait pas à une chambre du parlement à elle seule de détenir 2/3 des parlementaires ».

LIRE AUSSILe texte

Pourtant, si l’on décortique ce budget 2019 qui comprend notamment la prise en charge des dépenses liées à l’organisation des élections partielles des sénateurs ou encore la prise en charge des dépenses liées à l’examen du texte sur l’appui budgétaire de la Banque Mondiale, on y retrouve les rémunérations des 102 sénateurs qui se chiffrent globalement à 5,3 milliards de FCFA l’année. Somme qui en six ans (durée du mandat) revient globalement à près de 30 milliards de FCFA (soit la moitié de la somme nécessaire à la réhabilitation des voiries urbaines du Grand Libreville).

Toute chose loin de favoriser une gestion orthodoxe et juste des deniers publics, et qui devrait conduire l’exécutif à « réduire de façon significative le budget de cette institution en doublon comme le Sénat, qui n’apparaît pas indispensable au fonctionnement de l’État et dont le budget annuel pourrait servir à financer des projets structurants » comme l’avait souligné il y a quelques semaines au détour d’une interview pour la revue économique française Le Point, l’économiste Mays Mouissi. 

Loin d’être inédite et tout à fait raisonnable à l’heure où l’Etat doit réorienter ses dépenses et réduire son train de vie pour éviter la banqueroute, cette décision avait déjà été prise dans d’autres pays africains à l’image du Sénégal où le Sénat n’est plus qu’un lointain souvenir. A noter que la Côte d’Ivoire, malgré ces 30 millions d’habitants, vient à peine de faire son entrée dans « la danse sénatoriale ».

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion