Gabon: Port-Gentil sans scanner médical depuis bientôt un an

Depuis mai 2018 dernier, la ville de Port-Gentil, capitale économique du Gabon et chef-lieu de province de l’Ogooué-Maritime manque de scanner, un outil médical important pour cette partie du pays qui compte pas moins de 157 567 habitants. L’absence de cet appareil indispensable au bon fonctionnement des cliniques et hôpitaux entraîne les évacuations sanitaires systématiques vers Libreville au mépris des risques encourus par les patients. 

Depuis quelques mois, les structures médicales et les patients de port-gentil sont privés de scanner médical. En effet, les populations de Port-gentil dont l’usage du scanner est prescrit vont vers Libreville et souvent tardivement. Un cas a particulièrement retenu notre attention. Il s’agit de celui d’un sexagenaire souffarnt de foie. Confrontée à l’absence de scanner à port-gentil, les parents ont entrepris de le transférer sur libreville. Une fois les cotisations réunies, la famille va louer un avion. Malheureusement le patient dont la santé se dégradait constamment rend l’âme dès son arrivée à Libreville.

Comment comprendre qu’une population de plus de 150 000 habitants dans une ville désignée cité pétrolière soit privée d’un scanner? Interrogé à ce propos par notre confrère du quotidien  L’Union, docteur Emmanuel Eyeghe propriétaire d’une clinique médicale a expliqué la situation qui prévaut dans Port-gentil. « En 2006, j’ai acheté pour le compte de notre clinique un scanner qui coûtait 200 millions Fcfa. A cela s’ajoutent des coûts accessoires, donc au total 300 millions. Pendant 12 ans nous étions les seuls dans toute la province. Vous avez, le scanner est un instrument capital de diagnostic et non de la thérapie. Il aide le médecin à faire un diagnostic rapide et adéqua, a-t-il expliqué.

Poursuivant son propos, Docteur Emmanuel Eyeghe a proposé un partenariat public-privé compte tenu de la cherté du matériel  et des exigences de la population. « Lorsque dans une ville le secteur privé dispose déjà d’un équipement, le secteur public doit l’encourager à maintenir cet équipement à travers des facilités à l’instar des exonérations de quelques taxes. Il suffit d’un seul scanner pour couvrir la demande de port-gentil où on ne réalise que 7 à 8 examens au scanner par semaine », s’est-il exprimé.

Laissez votre commentaire