Gabon: plus que 7 mois à passer en prison pour Frédéric Massavala

Frédéric Massavala membre de la CNR © GMT

En détention préventive depuis le mercredi 8 septembre 2017, après 1 an et 5 mois, Frédérick Massavala Maboumba, porte-parole de la Coalition pour la nouvelle République (CNR), a été présenté devant la juridiction de jugement pour être fixé sur son sort. Le tribunal correctionnel de Libreville l’a sanctionné à 5 ans d’emprisonnement, dont 3 avec sursis et 600 000 francs CFA d’amende. Il ne lui reste à passer que 7 mois à « sans famille ».

C’est devant les regards médusés des membres de sa famille,  sympathisants et de ses amis qui attendaient désespérément la venue de Frédéric Massavala, que l’annonce de sa comparution par procuration a été faite sur ses conseils. Pour rappel, l’ancien ministre et porte parole de la Coalition  pour la nouvelle république (CNR) est détenu à la prison centrale depuis 17 mois et 2 jours, pour trouble à l’ordre public et attroupement non autorisé.

Si la raison de cette absence n’a pas été communiquée, certaines indiscrétions laissent entendre que le fils de Tsamba Magotsi a volontairement refusé de se présenter au tribunal car jugeant sa présence inutile devant ceux qui selon le concerné, « jouent le jeu de ses détracteurs ». Puis vint le moment de la délibération où le Tribunal a prononcé une peine de 3 ans de prison dont un avec sursis. Entre soulagement et sentiment d’injustice, les avis sont partagés.

Pour ses proches, l’heure est aux calculs. En ce sens que la logique voudrait que le temps passé par un détenu en prison soit soustrait de la décision rendue après jugement. Ainsi, tenant tout aussi compte de l’année de sursis, tout porte à croire que Frédéric Massavala Maboumba ne passera plus que 7 mois dans les geôles avant de recouvrer sa liberté et par ricochet, la plénitude de ses droits.  

Laissez votre commentaire