Gabon: plus de 211 milliards de charges d’intérêts sur la dette au 31 décembre 2018

Le trésor public gabonais © D.R

En « constante augmentation » au cours de ces dernières années comme l’a rappelé la Cour des Comptes, l’encours de la dette publique ne cesse d’être un sujet  préoccupant. Si l’État prend des mesures pour juguler cette flambée, les charges financières de la dette, elles, se sont accumulées pour atteindre plus de 211 milliards de Fcfa au 31 décembre 2018 comme indiqué dans le rapport d’exécution budgétaire.

Les règlements intervenus sur les charges financières de la dette ont encore atteint des sommets en 2018. Ainsi, dans le rapport d’exécution budgétaire publié fin mars, l’on apprend qu’au 31 décembre les règlements intervenus sur ce poste s’élèvent globalement à un peu plus de 211,5 milliards de Fcfa.

En effet, si les charges financières étaient évaluées à 233,9 milliards de Fcfa en 2017, celles ci ont connu une légère baisse en 2018, dépassant toujours largement les 200 milliards de Fcfa. Composées essentiellement de 140,4 milliards de Fcfa de charges d’intérêts sur la dette extérieure et de 56,8 milliards de Fcfa sur la dette intérieure, ce poste de dépense reste l’un des plus budgétivores de l’Etat.

Avec 33,7 milliards de Fcfa  d’intérêts sur la dette bilatérale, 10,4 milliards de Fcfa d’intérêts sur la dette multilatérale, 82,1 milliards de Fcfa sur les marchés financiers et 1,2 milliards de Fcfa d’intérêts sur les banques commerciales en ce qui concerne uniquement la dette extérieure, ces charges  constituent un véritable goulot d’étranglement pour les finances publiques.

Ajouté à cela, plus de 18,6 milliards de Fcfa au titre des intérêts-banques intérieures courants, 24,1 milliards de Fcfa sur les marchés financiers, et des charges de trésorerie dont les intérêts sur les Bons du Trésor Assimilables (BTA) sont évalués à plus de 9 milliards de Fcfa, on obtient un montant globalement faramineux, en ces temps de crise.

Laissez votre commentaire