Gabon: plus de 2 milliards d’impayés CNSS accumulés par la Sogara

Siège social de la Sogara à Port-Gentil © GMT

La situation actuelle de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) entre tensions de trésorerie et difficultés pour satisfaire les retraités, amène à se tourner vers les entreprises, administrations et autres collectivités locales qui ne s’acquittent pas des cotisations de leurs employés. Ainsi, parmi elles, se trouvent la Société gabonaise de raffinage (Sogara) qui accumule près de 2 milliards de Fcfa d’impayés. 



C’est ce qui ressort du rapport d’audit élaboré par le cabinet Natay et commandité par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).  Dans ce rapport dont Gabon Média Time a obtenu une copie, on apprend que plusieurs entreprises dont la Société gabonaise de raffinage (Sogara), ont accumulé plus de 259,3 milliards de Fcfa d’arriérés de cotisations. 

En effet, pour ce qui de l’unique raffinerie du pays, la dette serait à ce jour de plus de 2,7 milliards de Fcfa. Une situation causée selon certaines sources proches de cette entreprise, par le refus de cotisations de plusieurs structures sous-traitantes. Si ce montant faramineux est à mettre au passif de la Sogara, c’est que l’entité récemment absorbée par Gabon Oil Company (GOC), aurait dû être plus regardante. 

Quand on sait que la raffinerie disposait selon les dernières informations, de plus de 402,6 millions de dollars de chiffre d’affaires, on peut se demander comment une telle dette a pu être accumulée. Par ailleurs, au regard du caractère social et sociétale que revêtent ces cotisations, et de leur impact sur le pouvoir d’achat des retraités, il devrait y avoir plus de discipline dans leur traitement. 

21ème société accumulant les plus gros arriérés auprès de la CNSS, l’entreprise dont l’actuel ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures Noël Mboumba était le Directeur Général jusqu’à il a un peu plus d’un mois, se retrouve donc une fois de plus sous le feu des projecteurs, et une fois de plus pour de mauvaises raisons.

Laissez votre commentaire