jeudi,24 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon : plainte contre Noureddin Bongo devant la Commission de lutte contre...

Gabon : plainte contre Noureddin Bongo devant la Commission de lutte contre l’enrichissement illicite

Ce lundi 13 janvier 2020, les présidents de quatre organisations de la société civile, parmi lesquelles le Réseau des organisations libres pour la bonne gouvernance (ROLBG) ou encore la confédération syndicale Dynamique unitaire, ont porté plainte au Coordonnateur des affaires présidentielles Noureddin Bongo Valentin devant la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI). En effet, des soupçons de détournement et de corruption pèseraient sur celui-ci depuis que son nom aurait été cité par des éléments de la Garde républicaine (GR). 

C’est par le biais d’une notification de l’Étude d’huissier Maître Moubele Raymond que le président de la Commission de la lutte contre l’enrichissement illicite Nestor Mbou a été saisi d’une plainte contre le Coordonnateur des affaires présidentielles. Signée de Malanda Ghislain, président du Mouvement sauvons la République, du président du mouvement Ca suffit comme ça Marcel Libama, du président exécutif du ROLBG Georges Mpaga et du premier responsable de Dynamique unitaire Jean Rémy Yama, la plainte dénonce « des faits de corruption active et passive, corruption d’agents publics étrangers, de blanchiment des capitaux de criminalité financière en bande organisée ou encore d’association de malfaiteurs». 

En effet, ces leaders de la société civile motivent leur plainte par des faits qui se seraient déroulés le lundi 06 janvier 2020 impliquant des agents de la Garde républicaine, qui lors d’un contrôle de routine au poste mobile de la Gendarmerie nationale, auraient été interpellés avec « plusieurs sacs d’argent » et qui auraient avoué que « ces sacs seraient la propriété de Noureddin Bongo Valentin ». De quoi susciter les soupçons de la société civile engagée dans la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite. 

Ainsi, les membres de la société civile qui annoncent avoir saisi concomitamment la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite, l’Agence d’investigation financière et le procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville espèrent « un engagement ferme pour sauver la République gabonaise en lambeaux à cause de la corruption au sein du pouvoir Exécutif ». Nous y reviendrons.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Street 103 Gabon Gmt