Gabon: Le PDG dénonce le discours de haine de Jean Ping à l’encontre d’Ali Bongo

Estelle Flore Angangou, Porte-parole du PDG © Gabonactu

Ce mardi 19 décembre le porte parole du Parti démocratique gabonais (PDG) Estelle Flore Angangou a tenu, au cours d’une conférence de presse animée à son siège sis à Louis, à réagir à la récente sortie du leader de la Coalition pour la nouvelle République Jean Ping.  Ainsi, elle a fustigé les propos désobligeants à l’encontre du Président de la République Ali Bongo Ondimba.

En effet, lors du meeting qu’il a animé le samedi  15 décembre dernier l’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2016 s’était montré très offensif vis à vis du pouvoir incarné par le “distingué camarade président” du PDG Ali Bongo Ondimba.  “Quand toutes les voies de la négociation et de la diplomatie n’ont pas donné les fruits escomptés ; quand la concertation est bloquée, il ne reste plus que la confrontation. Nous y sommes”, avait lancé Jean Ping.

Des propos qui ont vite suscité semble-t-il de l’effroi au sein du parti au pouvoir, qui a dénoncé des propos malveillants à l’encontre du premier responsable de sa formation politique, officiellement en rééducation et en convalescence à Rabat au Maroc.

Pour Estelle Flore Angangou, l’opposant a franchi le rubicon lors de sa dernière sortie et voit en lui une personnalité politique dépourvue de valeurs démocratiques, ceci au regard du registre des mots haineux, violents et hostiles utilisés dans son adresse du 15 décembre dernier. «Dans un discours de haine, d’antipathie et d’animosité à l’endroit du distingué camarade, président son excellence Ali Bongo Ondimba, Jean Ping montre encore, une fois de plus, son décalage, voire sa totale rupture avec la démocratie »  a t-elle déclaré.  

Une sortie pour le moins curieuse du parti au pouvoir, alors que la déclaration de l’ancien Président de la commission de l’Union africaine ne fait nullement mention d’Ali Bongo Ondimba. En parcourant le discours prononcé à cette occasion Jean Ping revendique sa victoire de l’élection présidentielle d’Août 2016, dénonce les massacres survenus à son QG au cours desquels des compatriotes ont perdu la vie et appelle à la restitution de la vérité des urnes sans s’attaquer personnellement au chef de l’Etat gabonais.

Pour de nombreux observateurs, la sortie tonitruante du PDG sonne plus comme une levée de boucliers au moment où l’incertitude demeure quant à l’état de santé du président. Pis, l’appel à la confrontation lancé par Jean Ping est susceptible de provoquer des soubresauts sur l’ensemble du territoire.

Laissez votre commentaire