Gabon: le PDG accumule 2 milliards d’impayés de cotisation CNSS

Éric Dodo Bounguendza Sg du Parti démocratique gabonais © D.R

La diète et les difficultés financières que connaissent de nombreuses administrations n’épargnent pas les formations politiques du pays. C’est le cas du Parti démocratique gabonais (PDG) qui accumulerait des arriérés de cotisations à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Une situation qui a provoqué un climat pour le moins délétère du côté du siège de Louis au grand désarroi du secrétariat général.



Selon de nombreux médias locaux le personnel du Secrétariat Général tirerait désormais le diable par la queue, alors que à l’époque du président fondateur du parti de masse ils bénéficiaient presque d’un traitement de faveur au même titre que les employés dans les sociétés ou entreprises publiques et parapubliques.

Ils étaient d’ailleurs pour le coup assujettis  aux Cotisations de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale. Sauf que depuis quelques années beaucoup d’eau a coulé sous le pont et ces pères et mères de famille voient leur retraite hypothéquée du fait du non versement des cotisations sociales. Selon le site pyramide media Gabon, les démarches auprès de la CNSS auraient permis de constater que les cotisations prélevées, pourtant à la source, ne sont plus reversées à échéance à la CNSS depuis belle lurette.

Ainsi, ce sont près de 2 milliards de Fcfa d’arriérés de cotisation que le PDG aurait accumulés, toute chose qui rendrait difficile le règlement de la facture vu la faramineuse somme. Une situation préoccupante pour le personnel qui commence à émettre des inquiétudes sur la volonté du secrétaire général Eric Dodo Bounguendza à régler cette dette.

Pis, certaines sources au sein du parti estiment que l’accumulation de cette dette ressemblerait à des détournements puisqu’il est « inconcevable que leurs cotisations soient prélevées directement à la source par le comptable avec l’assentiment d’un ordonnateur de crédit et qu’au niveau de la CNSS rien ne soit reversé ».

Laissez votre commentaire