Gabon: pas de rentrée universitaire à l’USTM

Université des sciences et technologies de Masuku © GMT

Le jeudi 1er février dernier, au terme de l’assemblée générale qu’ils ont tenue à Mbaya à Franceville, les enseignants chercheurs de l’Université des sciences et techniques de Masuku ont adopté à l’unanimité pour une grève générale illimitée jusqu’à totale satisfaction de leurs revendications.

Réunis au sein de la section USTM du Syndicat national des enseignants-chercheurs (SNEC) présidée par Nicaise Mamfoumbi Boussougou, ces fonctionnaires de l’enseignement supérieur ont décidé de ne pas reprendre les cours au sein de l’université scientifique et technique, jusqu’à ce que le gouvernement satisfasse les points inscrits dans leur cahier de charges.

La régularisation des situations administratives et salariales des enseignants récemment affectés à l’USTM, le manque de budgets affectés aux départements de ladite université et son état de délabrement très  avancé sont autant d’éléments qui fondent la grève générale illimité du SNEC-USTM.

« Nous ne pouvons pas nous engager dans une nouvelle année tant que nous n’avons pas résolu les problèmes », a martelé Nicaise Mamfoumbi Boussougou, avant d’ajouter que « toutefois, pour ne pas bloquer  les enfants qui préparent leurs rapports de fin de cycle, nous allons les laisser soutenir, parce qu’ils ne sont pas responsables de cette situation ».

Laissez votre commentaire