Gabon: pas de photos ni de vidéos de la prestation de serment des ministres devant Ali Bongo

Ce mardi 15 janvier 2018, le nouveau gouvernement conduit par Julien Nkoghe Bekale aurait prêté serment devant le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba au palais Rénovation, quelques heures seulement après son retour à Libreville. Une cérémonie qui a vu la présence de l’ensemble de l’équipe gouvernementale, des membres de la Cour constitutionnelle, du vice-président de la République et des présidents de l’Assemblée et du Sénat mais dont aucune image n’a fuité.  


C’est conformément aux dispositions de l’article 15 de la Constitution de la République gabonaise que Julien Nkoghe Bekale, en sa qualité de premier ministre et les membres de son équipe ont effectué ce rituel constitutionnel. Il faut noter que c’est la deuxième fois qu’un gouvernement se prête à cet exercice après celui de mai 2018.

Lire aussi >> Gabon: Ali Bongo a quitté Rabat pour Libreville 

Ainsi, c’est aux environs de 10 heures que l’ensemble des membres du gouvernement a regagné la salle d’apparat affrétée pour la circonstance. Le premier ministre et les membres de son équipe auraient prononcé tour à tour la formule du serment prévue par la loi fondamentale « Je jure de respecter la constitution et l’Etat de droit, de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge dans le strict respect de ses obligations de loyauté à l’égard du chef de l’Etat, de garder religieusement, même après la cessation de mes fonctions, la confidentialité des dossiers et des informations classés secret d’Etat et dont j’aurai eu connaissance dans l’exercice de celle-ci ».

Toutefois, des faits étonnants ont marqué cette cérémonie. D’abord, les hommes et femmes des médias n’ont pas eu accès à la salle dans laquelle elle se déroulait. Ces derniers ont été cantonnés au hall du Palais présidentiel devant un écran de télévision qui contrairement à ce qui avait été indiqué aux journalistes, retransmetait des publicités d’un opérateur de distribution de programmes télévisés.  

Aussi, avant d’accéder au palais de la présidence de la République, les agents de sécurité ont reçu la consigne de récupérer les téléphones des visiteurs y compris ceux appartenant non seulement aux membres du gouvernement, mais aussi au personnel de la direction de la Communication présidentielle alors que le téléphone est désormais un outil de travail permettant aux professionnels de la presse de prendre des photos, des notes, des enregistrements vocaux. Aucun journaliste n’a donc pu voir le chef de l’Etat de façon officielle alors qu’ils sont en leur qualité d’homme de presse des témoins de l’histoire contemporaine du Gabon.

Les 37 ministres, le chef du gouvernement et les responsables des Institutions constitutionnelles, sont les seules personnalités qui auraient donc eu le privilège de voir Ali Bongo Ondimba. Ceci après avoir passé moins d’une heure dans la salle où s’est déroulée ladite cérémonie.

Au sortir de leur prestation de serment, certains membres du nouveau gouvernement ont pu réagir devant les journalistes qui les ont attendus au hall du Palais présidentiel. A cet effet,  le ministre d’Etat en charge de l’Education nationale a exprimé son soulagement au regard la participation du numéro un gabonais  dont la santé s’est dégradée considérablement à la suite d’une attaque vasculaire cérébrale depuis le mois d’octobre 2018. « C’est un ouf de soulagement, je crois que Dieu est avec nous, ce qui reste à faire c’est que chacun joue sa partition », a déclaré Michel Menga M’Essone.

Le ministre d’Etat, en charge des Relations avec les Institutions Constitutionnelles et les Autorités administratives indépendantes a retransmis  la joie du chef de l’Etat d’être avec les  membres du nouveau gouvernement. « Le Président a été gai de nous retrouver», a indiqué Francis Nkea sans véritablement convaincre ses interlocuteurs.  

Interrogé au sujet de l’impact de la présence d’Ali Bongo sur l’économie le ministre en charge de ce département ministériel Jean Marie Ogandaga a indiqué à la presse que  « C’est un pain béni pour l’économie gabonaise», avant d’ajouter, « qu’il y a quelques jours des partenaires économiques m’ont contacté et je leur ai dit que tout va bien ».  

Lire aussi >> Gabon: le Conseil des ministres de ce mardi 15 janvier annulé ! 

Toutefois, cette prestation sécrète de serment faite par l’équipe gouvernementale risque de convaincre que très moyennement l’opinion. D’ailleurs depuis l’annonce de cette cérémonie les réseaux sociaux se sont enflammés,  certains évoquant un grossier mensonge, l’exécutif ayant décidé d’empêcher les Gabonais de voir du moins en image le chef de l’Etat. Du côté de la communication présidentielle « les images (photos et vidéos) seront disponibles dès que possible », rassure un chargé de mission.       

Laissez votre commentaire