samedi,27 novembre 2021
AccueilDerniers articlesGabon : pas de phénomène d’enlèvements d’enfants à Ndjolé

Gabon : pas de phénomène d’enlèvements d’enfants à Ndjolé

Ecouter cet article

Présenté comme un ravisseur d’enfants par les internautes après son interpellation par les forces de police en poste à Ndjolé quelques jours seulement après la disparition du petit Rinaldi, le sujet de nationalité camerounaise a été relaxé ce mardi 28 janvier 2020. Selon une source proche du dossier, aucune charge n’a été retenue contre ce dernier en raison de l’absence de plaintes des familles des supposées victimes.

Il ne se passe plus un jour sans que des cas d’enlèvements ne soient signalés par des internautes sur le Web. Des tentatives d’enlèvements qui malheureusement ne sont presque jamais soutenues par des preuves tangibles telles des plaintes ou identités des victimes. Ceci a été le cas à Ndjolé dans la province du Moyen-Ogooué où un ressortissant camerounais a été pris à partie par les populations ndjoléennes engagées dans une vindicte populaire liée à la supposée vague d’enlèvements d’enfants.

Une source proche du dossier indique que le jour de l’incident, le présumé ravisseur qui vient d’immigrer au Gabon aurait décidé d’aller se détendre au bord des eaux de l’Ogooué. Malchance pour ce dernier, des rumeurs parties d’une note vocale distillée sur Whatsapp mêlaient un sujet camerounais à la disparition du petit Rinaldi à Bitam. Sur la base de ces suspicions, il aurait été de facto désigné comme le présumé ravisseur puis passé à tabac par les Ndjoléens. Le présumé kidnappeur n’aurait eu la vie sauve que grâce à l’intervention prompte des agents des forces de l’ordre.

Ramené au poste de police, l’individu mis en cause aurait été gardé à vue pendant près d’une semaine avant d’être relaxé dans cette journée du mardi 28 janvier 2020, faute de preuve. La même source précise que « le plus intrigant dans cette affaire c’est que les mêmes qui ont relayé l’information sur la supposée implication de ce ressortissant camerounais n’ont pas pu confirmer leurs dires. Aucune plainte d’une famille des supposés enfants enlevés n’a été déposée. En gros, à Ndjolé il n’y a pas de phénomène d’enlèvements d’enfants », a-t-elle conclu.

Cet énième cas de lynchage sur des motifs erronés de certains individus sur la seule base des soupçons devrait alerter les autorités judiciaires sur la nécessité de responsabiliser les personnes qui s’adonnent à la justice privée et expéditive. En effet, si cet accusé à tort a encore la vie sauve à l’heure où nous rédigeons cet article, les deux autres victimes de lynchage à Libreville sont passées de vie à trépas. Laissant en larmes des familles.  

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop