jeudi,25 novembre 2021
AccueilA La UneGabon : pas de cas de Coronavirus chez la ministre Denise Mekam'ne

Gabon : pas de cas de Coronavirus chez la ministre Denise Mekam’ne

Ecouter cet article

Avec la propagation du Covid-19 communément appelé Coronavirus et plus particulièrement la détection d’un cas testé positif au Gabon, la diffusion de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux semble désormais aller bon train. La dernière en date est celle touchant la ministre des Relations avec les Institutions constitutionnelles Denise Mekam’ne, dont le domicile a été filmé avec comme rumeur la présence d’un cas de contamination. Des informations jugées totalement fausses par des proches de la famille et corroborées par le Comité de pilotage du Plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus (COPIL-Coronavirus)

En effet, dans une vidéo amateur diffusée ces dernières heures sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook et qui serait le fait d’un voisin du membre du gouvernement, on entrevoit des médecins en tenue de protection s’affairer dans la maison. Il n’en aura pas fallu plus pour déclencher une rumeur sur la présence d’un cas de contamination au Covid-19 au domicile de la ministre  des Relations avec les Institutions constitutionnelles. 

Si l’opinion a vite fait de s’emballer, la vérité est tout autre. Joint par Gabon Media Time, un proche de la famille indique que cette information sur un supposé cas de contamination n’était qu’une rumeur distillée de manière maladroite. S’il a confirmé la présence des médecins, notre source indique que leur présence se faisait dans le cadre d’un contrôle de routine, le domicile ayant accueilli il y a quelques jours un enfant en provenance de Paris. 

« Nous avons un enfant qui revenait de Paris. Bien qu’il ne présentait aucun signe connu du Covid-19 après les vérifications de l’aéroport, nous avons par principe de précaution demandé qu’il soit contrôlé à nouveau. Un voisin qui a vu le médecin à distance sur notre terrasse a filmé de loin et l’a publié en affirmant qu’il y avait un malade chez-nous. Alors qu’il n’en est rien. L’auteur a d’ailleurs été interpellé par les agents de la police judiciaire », nous a-t-il confié.

Il faut noter que la descente effectuée chez Denise Mekam’ne s’inscrivait en quelque sorte dans un souci d’exemplarité et surtout dans le respect des mesures préventives édictées par le gouvernement. « Il est déplorable que des compatriotes s’adonnent à ce genre de chose surtout que nous sommes dans une période de suspicion et où toute fausse nouvelle est diffusée comme une traînée de poudre. Cela pourrait créer une psychose injustifiée pour le moment », a-t-il regretté.

En effet, ce cas de voyeurisme outrancier qui serait le fait d’un voisin qui aurait trouvé suspecte la présence du personnel de santé surtout habillé avec des équipements de protection, démontre la dangerosité de l’usage des réseaux sociaux. Pour un professionnel de la communication digitale « avec un parc d’abonnés estimé à plus de 700 000 personnes, Internet et plus particulièrement les réseaux sociaux sont devenus des espaces où toutes les dérives sont permises ». Gageons que le compatriote interpellé saura faire preuve de plus de responsabilité la prochaine fois, en vérifiant les faits, surtout que les portes du voisin ne sont pas fermées.

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Enami Shop