Gabon: Ossouka Raponda une femme de fer à la Défense nationale

Rose Christiane Ossouka Raponda © D.R

C’est sans aucun doute l’une des grandes surprises du remaniement ministériel, intervenu le mercredi 30 janvier dernier.  Après quatre ans passés à la tête de l’hôtel de ville de Libreville, l’ancienne ministre du budget fait un retour triomphal au gouvernement, avec statut de Ministre d’État, ministre de la Défense nationale et de la Sécurité du territoire.

Rose Christiane Ossouka Raponda, remplace à ce poste un proche collaborateur du chef de l’Etat en l’occurrence Etienne Massard Kabinda. La désormais ancienne édile de Libreville sera la deuxième femme à occuper ce ministère de souveraineté, après Angélique Ngoma d’octobre 2009 à janvier 2011.

Cette nomination n’est pas du tout fortuite. Femme de poigne, elle a dirigé la Mairie de Libreville où vivent 65% de la population gabonaise. Cette cinquantenaire  issue du groupe ethnique M’Pongwe n’est pas une novice de la gestion de la chose publique, avant son élection à la tête de l’Hôtel de ville, elle occupait le poste de ministre du Budget et des Comptes publics.

Il faut dire que les chantiers pour l’ancienne édile de Libreville sont grands au ministère de la défense car sa nomination intervient quelques semaines seulement après que le pays ait connu un coup de force qui a mis à mal la sécurité intérieure. Elle devra donc faire preuve de pragmatisme pour ramener la confiance mais surtout la discipline dans les rangs de force de défense.

Pour cette tâche qui s’annonce ardue, Rose Christiane Ossouka Raponda peut se targuer d’avoir la confiance du président de la République, Ali Bongo Ondimba. Reconnu pour son professionnalisme et sa fidélité à l’endroit de la politique du chef de l’Etat, elle est assurément bien placée pour mener à bien les chantiers de la défense nationale.

Laissez votre commentaire