vendredi,23 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon: Ossouka Raponda est-elle encore présidente du Copil-Coronavirus? 

Gabon: Ossouka Raponda est-elle encore présidente du Copil-Coronavirus? 

L’état d’urgence sanitaire vient d’être prorogé de 45 jours par le Comité de pilotage de plan de veille et de riposte contre le Coronavirus (Copil-Coronavirus) sous la bénédiction conjuguée du gouvernement et du Parlement. Rose Christiane Ossouka Raponda présidente du Copil-Coronavirus aphone sur cette décision prise par l’institution qu’elle préside, décision hautement contestée par l’opinion. Une apathie inexpliquée certes mais à laquelle, elle a déjà habitué les Gabonais. Après qu’ils se sont interrogés sur sa capacité à occuper la fonction de Premier ministre, les populations se demandent si cette dernière est toujours présidente du Copil-Coronavirus. 

Son silence dans les communications relatives au Copil interpellent. Sa discussion et sa furtivité  sur la question de la prorogation de l’état d’urgence sanitaire inquiètent. Ossouka Raponda fait-elle la gueule ? « La Reine des Mpongwè » boudet-elle la parole ? Peut-être at-elle encore en travers de la gorge, toutes ces critiques qui se sont abattues sur elle au lendemain de sa prise de fonction, mieux, de sa déclaration de politique générale ? Des critiques qui ont conduit les services de la Primature à pondre un communiqué qui portait en son sein tous les germes du délit d’entrave à la liberté  de la presse consacrée par notre Bloc de  constitutionnalité. 

Son prédécesseur avait habitué l’opinion à l’organisation des conférences de presse mensuelles avec plusieurs membres du gouvernement pour faire le bilan de la gestion de la pandémie de la covid-19. Conférences de presse gouvernementales marquées par la présence de Rose Christiane Ossouka Raponda, à l’époque ministre de la Défense nationale, peinarde assise à ne rien faire si ce n’est observer son compère du ministère de l’Intérieur Lambert Noël Matha intervenir seul à chaque fois sur des questions concernant la Sécurité et la Défense nationale. 

Lequel constamment se faisait torpiller et jeter dans les cordes par les multiples questions des journalistes sur des sujets qui en réalité concernaient les deux membres du gouvernement. Le ministre d’Etat, à l’Intérieur doit l’avoir mal d’avoir été abandonné pendant ces différentes conférences de presse par sa binôme, présente en étant tout aussi absente.   

Désormais présidente du Copil depuis sa nomination le 16 juillet 2020 comme chef de la majorité en remplacement de Julien Nkoghe Bekale, Rose Christiane Ossouka Raponda se montre à tout le moins, incapable de faire à minima ce que faisait son prédecesseur dont le passage à la Primature n’a pour autant pas été positif. L’ancienne ministre de la Défense, pour  l’heure fait moins que l’homme dont le bilan à la Primature a été qualifié de « médiocre » par une bonne partie des populations gabonaises. 

Alors que les mesures gouvernementales viennent d’être prorogées au terme d’une audition du ministre de la Santé Guy Patrick Obiang Ndong lequel a défendu le « Projet de loi portant prorogation des mesures de prévention, de lutte et  de riposte contre la Covid-19 », le numéro un du gouvernement est invisible sur la question. La dernière conférence de presse de bilan du Copil-Coronavirus a été dirigée par le Pr Romain Tchoua et le Pr Marielle Bouyou Akotet respectivement coordinateur technique comité technique du Copil et présidente du comité scientifique dudit organe. Où est donc la première autorité du Copil ? Ossouka Raponda est-elle encore présidente du Copil ?

Tout se passe comme si  « La Reine des Mpongwè » limitait ses sorties médiatiques. Craint-elle de faire une autre bourde, de faire les choux gras de la presse ou de se faire railler dans l’opinion comme ce fut le cas après une interview à la télévision française ? « Atonique et volontairement silencieuse quand elle occupait ses fonctions de ministre du budget, de maire ou de ministre de la Défense, Premier ministre désormais, Rose Christiane Ossouka Raponda ne peut plus se cacher, contrainte à son corps défendant de parler. Et depuis qu’elle le fait, le mot laborieux, n’est pas assez fort pour qualifier la teneur de ses sorties et des ses interventions insipides », avait déclaré un acteur de la vie politique gabonaise.

Doit-on s’attendre à ce que « La Reine des Mpongwè » communique enfin sur l’accompagnement ou l’assouplissement des mesures de prévention, de lutte et  de riposte contre la Covid-19 à un moment où l’opinion observe dans l’application de la loi qui consacre l’état d’urgence ? En effet, les responsables politiques du parti au pouvoir se rassemblent à plus de 10 alors que l’interdiction actant ce type de rencontres est toujours effective, les écoles conventionnées et privées ont rouvert leurs portes sans communication officielle de la présidente du Copil entre autres. Toutes choses qui justifient désormais le ras-le-bol et l’inconsidération des Gabonais sur les indications du gouvernement sur la question. 

Sortir du silence pour édifier les populations sur ces différents aspects à l’occasion d’une conférence de presse conjointe avec les ministres concernés par la riposte serait pour Rose Christiane Ossouka Raponda, l’occasion de rehausser son crédit auprès des populations dont elle s’est volontairement éloignée en se cloitrant dans les murs de son bureau de l’avenue Jean Paul II.  

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Street 103 Gabon Gmt