mercredi,21 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon : Olivier N'Zhaou confirme les gardes à vue de directeurs généraux...

Gabon : Olivier N’Zhaou confirme les gardes à vue de directeurs généraux membres de l’Ajev

Ce n’est pas trop tôt, pourrait-on dire prosaïquement. Le procureur de la République près le Tribunal de première instance de Libreville Olivier N’Zhaou s’est finalement résolu, sous la pression de l’opinion, appuyée par celle des médias, à sortir de son silence. Ce soir, par le canal de la chaîne Gabon 1ère, il a confirmé non seulement les arrestations, mais surtout les gardes à vue des directeurs d’entreprise publiques, membre de l’Association des jeunes émergents volontaires (Ajev) et du bureau politique du Parti démocratique gabonais (PDG), récemment interpellés par la Direction générale des recherches (DGR). 

Olivier N’Zhaou a choisi le 20 heures de Gabon 1ère, pour réagir, presque à son corps défendant à l’actualité ambiante, relative aux arrestations massives et concomitantes de plusieurs directeurs d’entreprises publiques dont le premier à en avoir fait l’objet, Renaud Allogho Akoue, ex-dirigeant de la Caisse Nationale d’assurance maladie et de sécurité sociale (CNAMGS) a été interpellé, le mercredi 13 novembre dernier. 

Lui qui, habitué à faire imposer la loi et à surprendre son beau monde par ses traditionnelles sorties abruptes, s’est vu dans cette affaire, se faire imposer une conduite, car  contraint sous la pression et les coups de butoirs des médias à réagir. 

En substance de cette déclaration, Il faut retenir, comme demandé par l’opinion, la nature exacte des chefs d’accusation. Sans grande surprise, et comme pressenti, le procureur de la République a servi l’évidence, ces mêmes griefs déjà évoqués par la conscience collective à savoir « corruption et blanchiment de grande envergure ». 

Hormis les précisions sur les chefs d’accusation, le procureur de la République près le Tribunal de première instance de Libreville Olivier N’Zhaou a apporté la confirmation de ce que les concernés, des personnalités relevant des administrations publiques, parapubliques et bancaires sont bel et bien gardées à vue sans citer exactement lesquels. 

Bien que le procureur de la République de Libreville ne les cite pas nommément, au regard des dernières interpellations, il est aisé d’imaginer que les comparses de Renaud Allogho Akoue, que sont Ismaēl Ondias Souna DG de la Société équatoriale des mines ( SEM), Jeremy Ayong ADGA de la Gabon Oil Marketing, et Herman Nzoundou Bignoumba, Administrateur directeur général de la Caisse de dépôts et consignations (CDC) sont susceptibles d’être gardés à vue actuellement. Ladite garde à vue qui selon le procureur peut aux termes de la loi et selon les nécessités de l’enquête être prorogée de 8 jours. 

Cette déclaration qui porte en son sein, tous les  attributs d’une communication fade et formelle, telle une eau incolore, inodore et sans saveur,  si ce n’est confirmer ce qui avait déjà été évoqué dans l’opinion  n’a, pour ainsi dire, rien appris ce soir aux Gabonais.

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Street 103 Gabon Gmt