Gabon: Olam Rubber et Brainforest volent au secours de la filière cacao dans le Woleu-Ntem

Gabon Gabonmediatime Olam
Projet de redynamisation de la filière cacao porté par Olam Rubber et Brainforest © D.R.

La société Olam Rubber Gabon (ORG) et l’organisation non gouvernementale Brainforest ont signé une convention en 2017 afin de dynamiser la production de cacao dans la région septentrionale. Le moins que l’on puisse dire c’est que le secteur a connu un regain de formes ces dernières années alors que prend fin la phase 1 du projet de redynamisation de cette filière.

GABON LIBREVILLE

La province du Woleu-Ntem reste jusqu’à ce jour l’une des provinces les plus pauvres du pays. Non pas en raison de la pauvreté de son sol mais du fait que les populations à forte connotation rurale ne sont pas assistées dans leurs activités. C’est conscients de tous ces contours qu’Olam et Brainforest ont devisé sur la redynamisation du secteur cacao. Ainsi, des activités ont été mises en place. A savoir le financement des plantations de cacao sous couvert forestier afin de redynamiser cette culture prisée et d’augmenter les revenus des ménages.

A proprement dit, Brainforest aura la charge « d’informer et accompagner les parties prenantes pour une gestion durable et équitable des ressources naturelles au Gabon », a déclaré un responsable. Pour ce faire, un état des lieux général a été réalisé entre 2017 et 2018. Au reste, il a permis de classifier le produit par typologie et qualité. Mais aussi de déceler le manque d’appui et de suivi technique dans la mise en place et l’entretien des parcelles de cacao ainsi que la mauvaise qualité du réseau routier, peu ou pas du tout praticable en toute saison.

Par ailleurs, la phase 1 dudit programme a concerné 9 villages du département du Haut-Ntem à Minvoul. Riche des constatations faites à la suite de l’état susmentionné, Olam a organisé une formation des 18 producteurs actifs de la région. Elle a eu lieu au village Assok dans le canton Sossolo Ntem.

Assurée par le service départemental de l’agriculture, ladite formation visait à outiller les participants sur les techniques de récolte, d’entretien et de vente de leurs productions cacaoyères . Une mise à jour donc de cette pratique longtemps faite avec les moyens rudimentaires et dont l’exploitation était vivrière.

Laissez votre commentaire