Gabon : Olam primé pour son modèle de développement par la RSPO

Gabon Gabonmediatime_huile de palme_Gabon_Olam Palm
La production de regime de palme enregistre une belle performance © D.R.

Nouvelle récompense pour Olam Palm Gabon filiale locale de la multinationale singapourienne Olam dédiée à l’exploitation et la production d’huile palmiste. Déjà reconnue pour son respect des normes mondiales sur l’huile de palme durable, Olam Palm Gabon vient de recevoir le « prix d’Excellence pour la Conservation » par la Roundtable for Sustainable Palm Oil (RSPO). 


C’est une reconnaissance internationale de plus pour le groupe Olam au Gabon. Alors qu’elle avait déjà été certifiée en décembre 2017 par la RoundTable for Sustainable Palm Oil (RSPO) pour ses nombreux efforts en matière de promotion de la croissance et de l’utilisation d’une huile de palme répondant à des critères de durabilité, Olam Palm Gabon vient de recevoir une nouvelle distinction des plus prestigieuses. 

En effet, la RSPO, vient d’attribuer à la filiale locale du groupe singapourien, un prix d’Excellence pour la Conservation. Une récompense qui souligne la qualité du modèle de développement que propose Olam au Gabon, notamment à travers un équilibre entre surface de production et surface de conservation. 

Avec plus de 72 000 hectares de terres qui lui ont été attribuées, la géante singapourienne avait pourtant un défi de taille à relever entre productivité et conservation. Premier producteur africain d’huile certifiée malgré un peu plus de 2% des 4 millions d’hectares certifiés par RSPO dans le monde, Olam Palm est néanmoins un contributeur à près de 30% de la surface totale d’écosystèmes protégés sous ce label.

Quentin Meunier directeur Environnement et Développement Durable à Olam ne s’y trompe pas en indiquant, « cette reconnaissance est importante et salue plusieurs années d’effort pour construire un modèle de développement différent ». Loin de s’en satisfaire, il note toutefois en soulignant le travail « de la grande équipe de Gabonais et Gabonaises », qu’il reste du travail « pour garantir la conservation sur le long terme de ces zones ».

Laissez votre commentaire