Gabon: Olam Palm en bon élève du respect des normes environnementales

© D.R

Producteur huile de palme, Olam Palm Gabon s’est indubitablement engagé dans l’application stricte des normes environnementales. C’est d’ailleurs grâce à cette implication dans la politique de conservation de la biodiversité qu’elle a obtenu le 28 décembre dernier la certification Roundtable on Sustainable Palm Oil (RSPO), une distinction en matière de respect de l’environnement dans la  culture du palmier et de la production de l’huile de palme au Gabon.



Installé au Gabon depuis plusieurs années, le géant singapourien de l’agroalimentaire possède 4 plantations de palmiers à huile à des fins de transformation industrielle. Présent dans de nombreux produits alimentaires et cosmétiques, son huile de palme s’est imposée au fil des années comme la plus prisée, soit un quart  de la consommation mondiale.

Seul bémol dans son exploitation, son impact sur l’environnement. Dans une enquête, disponible depuis ce mois de décembre 2018, la chaîne américaine de télévision «National geographic», fait le lien entre la culture du palmier à huile et la déforestation dans certains pays d’Asie du Sud-est. Un constat qui contraste avec le cas du Gabon où la principale entreprise  d’exploitation de cette huile s’est engagée depuis plusieurs années dans le respect strict des normes environnementales.

Olam Palm compte désormais parmi les rares multinationales productrices d’huile de palme soucieuses de la préservation de l’écosystème. Une obsession pour l’entreprise tant saluée par la chaîne National Geographic que par le directeur de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) Lee White qui a déclaré qu’ « Olam ne sape pas les zones protégées, au contraire, il m’aide à créer plus de parcs nationaux ».

National Geographic qui s’est penchée sur le cas du Gabon estime que le pays fait figure d’exception. Disposant déjà d’un atout considérable, un territoire couvert à 76% de forêt et 11% de ses terres sont protégées par des parcs nationaux, il a su, en intégrant le palmier à huile dans sa politique de diversification de l’économie, concilier agriculture industrielle et respect des normes environnementales.

« Ce que nous essayons de faire au Gabon, c’est trouver une nouvelle voie de développement dans laquelle nous n’abattons pas toute notre forêt mais gardons l’équilibre entre palmier à huile, l’agriculture et préservation de la forêt », a confié Lee White.   

Laissez votre commentaire