Gabon: Ntoutoume Emane déferera à sa convocation au B2

Jean François Ntoutoume Emane, président du RPR © GMT

Faisant suite à la convocation adressée au président du Rassemblement des patriotes républicains (RPR) Jean François Ntoutoume Emane, par la Direction générale des Contre-ingérences et de la sécurité militaire communément appelée B2, le directoire de cette formation politique a annoncé que celui-ci déférera bien à cette convocation. Dans la foulée, il ont tenu à dénoncer un acharnement politique contre son leader.

C’est par le biais d’un communiqué signé du secrétaire général de ce parti membre de la Coalition pour la nouvelle République Clay Martial Aubame que la question sur la convocation de l’ancien édile a été évoquée,  lors du comité de crise qui s’est tenu ce mardi 11 septembre 2018. En effet, Jean François Ntoutoume Emane est depuis plusieurs jours cité dans l’affaire webcor qui date de l’époque où il était maire de Libreville.

Pour ce comité qui était présidé par le premier vice président Jean Emane Eyoune l’assignation de l’ancien premier ministre d’Omar Bongo Ondimba n’est que le résultat d’un acharnement politique, ce dernier étant un proche soutien de l’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2016 Jean Ping.

«Il en ressort qu’elle relève d’une machination et d’un caractère politique», a déclaré le porte parole Clay Martial Aubame. C’est du moins ce qui ressort après analyse rigoureuse de ladite convocation. Pour ces derniers, elle a pour but de porter atteinte au RPR et surtout jeter le discrédit sur la coalition pour la nouvelle république qui sert de soutien à Jean Ping.

Jean François Ntoutoume Emane, édile de la capitale à l’époque a signé un contrat de 27  milliards de Fcfa avec la société webcor pour la construction du Grand Marché de Libreville. Sauf que jusqu’à ce jour, ledit espace commercial moderne n’a jamais vu le jour. Cette information a  donc convaincu la justice à se saisir du dossier pour faire la lumière sur ce qui s’apparente à un véritable scandal politico-judiciaire.

Répondant à ces accusations, le comité de crise a dit se réserver le droit d’entreprendre des actions pour révéler au grand jour le genre de méthodes que le pouvoir en place utilise pour intimider les proches du principal opposant à Ali Bongo Ondimba. Dans la même foulée,ils ont appelé les patriotes, sympathisants et partisans du changement à apporter massivement leur soutien à Jean François Ntoutoume Emane en se rendant au B2 ce mercredi 12 septembre 2018.  

Laissez votre commentaire