Gabon: «Les nouvelles routes de la soie» au menu de la conférence de l’Institut Prométhée

Le Pr Guy Rossatanga-Rignault lors de la conférence inaugurale de l'Institut Prométhée © D.R

Le vendredi 15 mars à Libreville s’est ouverte la série de conférences organisée par  l’Institut Prométhée (IP), avec comme thème inaugural « Les nouvelles routes de la soie ». Il est question lors de ces rencontres organisées sous la forme de conférences débat d’attirer l’attention des pouvoirs publics quant à l’importance de ce projet sur le plan économique.

GABON LIBREVILLE

C’est en présence du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Alimentation, chargé du Programme Graine, Biendi Maganga Moussavou et du ministre du Tourisme Marie Rosine Itsana, des responsables de l’ambassade de Chine au Gabon, que s’est déroulée la conférence inaugurale de ce think-thank qui a pour vocation première d’analyser et de rechercher des solutions pour l’amélioration des décisions et des politiques publiques au Gabon.

La leçon inaugurale a été par le professeur de droit public et ancien ministre de la Pêche, de la Mer et de la Sûreté maritime, Guy Rossatanga-Rignault sur le thème « De la route de la soie aux Nouvelles routes de la soie : histoire, enjeux et place de l’Afrique dans le monde à venir ». Après avoir fait un rappel de l’histoire de la Chine et la naissance de la soie, le professeur a souligné les liens commerciaux séculaires que l’Empire du milieu a tissés avec ses partenaires. Deux panels ont également développé les thèmes de « Nouvelles routes de la soie : enjeux géostratégiques » et « L’intégration du Gabon aux Nouvelles routes de la soie ».

Selon les membres de cette organisation qui réunit des hauts cadres du secteur public et du monde de la recherche scientifique, l’objectif est non seulement de promouvoir le programme des « nouvelles routes de la soie » mais aussi d’interpeller les pouvoirs publics sur l’intérêt et les enjeux de celui-ci. Au-delà de cet aspect, les acteurs de l’Institut Prométhée ambitionnent également de favoriser la signature d’un nouvel accord entre le Gabon et la Chine pour une intégration aux nouvelles routes de la soie.

Le vice-president de l’institut Hugues Mbadinga n’a d’ailleurs pas manqué de décliner les ambitions de cette entité mais aussi l’importance que revêt ce programme pour l’économie. « Nous sommes conscients qu’une initiative aussi importante finira par avoir un impact sur l’Afrique et, particulièrement, le Gabon. L’objectif était de réfléchir et de se demander comment le Gabon pouvait tirer profit de cette initiative », a-t-il relevé.

Laissez votre commentaire