mercredi,30 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon : Noureddin Bongo «associé à la gestion de nombreux dossiers» sous...

Gabon : Noureddin Bongo «associé à la gestion de nombreux dossiers» sous l’ère BLA ?

Un pavé a été jeté dans la marre par l’hebdomadaire panafricain La Lettre du Continent  (LC) à travers une théorie et des suspicions, qui si elles sont avérées, devraient mettre le pouvoir dos au mur, le contraignant à agir avec fermeté de la même façon avec laquelle, celui-ci s’est montré intransigeant et intrépide face à toutes les personnes, à l’exception de quelques unes, qui ont été citées dans la fameuse opération « Scorpion ». Ce pavé dans la marre c’est la réflexion loin d’être incohérente, de l’idée que intimement lié, particulièrement proche et partenaire dans la gestion des affaires du Gabon, au plus fort du règne de Brice Laccruche Alihanga en tant que Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, Noureddine Bongo Ondimba ne peut se prévaloir, actuellement d’une prétendue ignorance des dossiers gérés par « le messager intime »

Si Noureddine Bongo Ondimba a été associé à la gestion des dossiers de Brice Laccruche Alihanga, dossiers  ayant a priori  conduit le dernier cité à « Sans Famille » , peut-on déduire que le coordinateur général des affaires présidentielles est également comptable, sinon complice des agissements de BLA ? Ou, et c’est là une autre éventualité, le nouveau coordinateur général des affaires présidentielles aurait-il tout simplement  été roulé dans la farine par son ami intime Brice Laccruche Alihanga avant qu’il ne se rende compte de la supercherie et agisse en conséquence ? Si l’on pouvait résumer le billet de la très informée Lettre du Continent, on la réduirait aux deux acceptions ci-dessus évoquées. 

« Nourredin Bongo a longtemps été très proche de l’ex-directeur de cabinet de son père, et même associé à la gestion de nombreux dossiers. Régulièrement et ce jusqu’à la fin de l’année dernière, Brice Laccruche recevait ses interlocuteurs (NDR : ceux de Noureddin), en particulier les industriels étrangers, en présence du fils du président » affirme la Lettre du Continent.

En soulignant cet aspect, la LC veut clairement informer l’opinion de ce qu’une collaboration aussi étroite n’aurait pu être possible sans l’existence d’une évidente confiance qui fait présumer de la connaissance par l’actuel coordinateur des affaires présidentielles, de tous les actes et initiatives de l’ex DCPR Brice Laccruche Alihanga.  

Par conséquent, en déchiffrant la Lettre du Continent, il semblerait qu’elle se pose la question suivante, si BLA aujourd’hui à la Prison centrale de Libreville épinglé par le Scorpion, pour des actes qui ont a priori tous reçu l’assentiment de Noureddine Bongo Ondimba, pourquoi le dernier cité n’est lui pas aussi inquiété par le reptile ? Surtout, et notonsle, l’opération Scorpion a surtout mis sous l’éteignoir les BLA-boys du nom  des proches de Brice Laccruche Alihanga. 

Une notion de proximité qui semble avoir  énormément compté pour les enquêteurs de la Direction générales des recherches ( DGR) et de la direction de la contre ingérence et la sécurité nationale ( B2 ) mais qui étrangement pour l’heure, n’interpelle pas ces derniers concernant le partenaire d’anta de BLA à savoir Noureddine Bongo Ondimba. A moins  qu’il ne s’agisse d’une trahison.

En effet, c’est connu de notoriété publique, la seule chose susceptible de causer une séparation et un désaccord d’une telle nature ne saurait s’expliquer que dans la trahison. Brice Laccruche Alihanga aurait-il mené en bateau Noureddine Bongo Ondimba en occultant la vraie nature de ses opérations au plus fort de leur collaboration ? « Le messager intime » at-il induit en erreur le coordonnateur des affaires présidentielles en profitant de leur relation pour réaliser les transactions opaques l’ayant conduit au bagne ? 

Ces interrogations que nous amène à soulever la Lettre du Continent sont pertinentes et légitimes au regard des événements en cours depuis plusieurs mois, à la teneur de l’opération anticorruption. Une opération estampillée de l’objectif d’assainir les finances publiques mais perçue par l’opinion comme une fumisterie visant à régler des comptes au président de l’Association des Jeunes émergents volontaires ( AJEV) et à ses lieutenants.

Les visiteurs de l’homme au bagne disent d’ailleurs qu’il détiendrait en raison de leur proximité, des dossiers et preuves solides sur les activités du coordinateur des affaires présidentielles.  Et ce pavé jeté dans la marre par la très informée Lettre du Continent ne viendra pas lever ces suspicions.     

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt

padding-top : 20px;