Gabon: Nkoghe Bekale viole l’injonction gouvernementale sur la visite des marchés par des acteurs politiques

Le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale © D.R

Les membres du gouvernement seraient-ils audessus de la loi ? C’est la question qu’on pourrait se poser après la sortie pour le moins curieuse du Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale ce samedi 09 mars 2019 dans différents marchés de la capitale gabonaise. Une sortie qui rentre en contradiction avec la position du gouvernement qui lors d’une communication le jeudi 08 mars s’était insurgé contre la transformation par les acteurs politiques des lieux de culte, des marchés et les hôpitaux en tribune politique.



En effet lors d’une déclaration, le porte parole du gouvernement Nanette Longa-Makinda avait martelé en guise d’avertissement que « les lieux de culte, les marchés et les hôpitaux sont des lieux dédiés à des activités précises, que sont la pratique de la religion, l’exercice d’une activité économique et la prise en charge des malades. De ce fait, ces lieux ne sauraient se transformer en tribunes pour les acteurs politiques ». Une mise en garde qui semble être tombée dans l’oreille d’un sourd chez le chef du même gouvernement qui a effectué une visite dans plusieurs marchés de la capitale.

C’est accompagné du gouverneur de la province de l’Estuaire, Rigobert Ikambouayat Ndeka et du maire de la commune de Libreville, Léandre Zué, que Julien Nkoghe Bekale est allé sensibiliser les commerçantes sur le fonctionnement des institutions de la République et rassurer ces dernières sur l’état de santé du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, qui depuis plusieurs mois est sujet à controverse.

Ainsi, il s’est rendu successivement au marché banane du carrefour B2, du Pk8, au marché du pk 12 et de Nzeng Ayong. Une visite inopinée qui bien qu’elle puisse être saluée est tout aussi critiquée dans l’opinion qui y voit une simple opération de communication. Pis, certains s’interrogent sur l’opportunité d’une telle descente alors que 24 heures avant le gouvernement condamnait la déportation du débat politique dans des espaces publics tel que les marchés, les lieux de culte ou encore les hôpitaux.

Dans le même temps, après avoir pris les doléances des commerçantes, Julien Nkoghe Bekale s’est plié à un exercice purement politicien, en assurant qu’il n’y aura pas de vacance du pouvoir au Gabon car Ali Bongo Ondimba reste le Président de la République, profitant même à « mettre en garde les compatriotes qui continuent à évoquer l’éventualité d’une vacance du pouvoir ».

Loin d’analyser le non respect de l’injonction gouvernementale, l’opinion s’interroge sur les objectifs de ces visites. D’aucuns y voient soit la nécessité de mesurer sa popularité auprès des couches défavorisées ou encore une réponse du berger à la bergère après les descentes effectuées par l’ancien président de la Commission de l’Union africaine Jean Ping dans plusieurs marchés de la capitale. Cette dernière supposition semble plausible et démontre que ce dernier qui continue de réclamer sa victoire à la présidentielle de 2016, est encore au centre des préoccupations du gouvernement gabonais.

Laissez votre commentaire