lundi,3 août 2020
Accueil A La Une Gabon : Nkoghe Bekale taille la part belle aux Essibekang au gouvernement...

Gabon : Nkoghe Bekale taille la part belle aux Essibekang au gouvernement et dans l’administration

Le retour en grâce au sommet de l’Etat du Premier ministre se fait-il au détriment de l’équilibre gouvernementale et de l’exigence républicaine? La question vaut son pesant d’or, tant l’actuel chef du gouvernement s’offrirait certaines libertés, lesquelles lui octroient le droit de nommer au sein du gouvernement des membres de sa propre famille, sacrifiant ainsi certaines assuétudes politiques comme celle de la nécessaire présence au sein du gouvernement d’au moins un député de Libreville. De ladite exigence, Julien Nkoghe Bekale n’en a visiblement cure, et ce dernier remaniement ne saurait objectivement réfuter ces solides présomptions. 

Global Media Time Gifpx

Le récent et énième remaniement du gouvernement de la République en même temps qu’il a ouvert la boîte de pandore sur les intentions de l’homme fort de Ntoum, a été l’occasion pour Julien Nkoghe Bekale, Chef du gouvernement, de faire montre de sa désormais prépotence au sein de l’appareil étatique. Un statut qui semble lui avoir donné des ails. Des ails et une liberté bien trop grande au point de verser dans le clientélisme, l’ethnicisme et le favoritisme.  

L’intention est passée inaperçue auprès de l’opinion, lequel n’est pas souvent au fait de certaines réalités et arrangements politiques. Mais loins des ouïe-dire et des racontars de bas étages, Julien Nkoghe Bekale, en évinçant du gouvernement, le sulfureux député du 5ème arrondissement, Arsène Édouard Nkoghe Nze, a purement et simplement fait nommer des membres de sa famille dans l’équipe gouvernementale. 

Lire aussi: Gabon : le retour en grace de Julien Nkoghe Bekale

Cette présomption trouve son épilogue dans la nomination de Menvie Obama Christian, député du Parti démocratique gabonais (PDG) du 1er siège du département du Komo-Kango (Kango), propulsé Ministre Délégué auprès du Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur, de la Justice, Garde des Sceaux, lequel n’est ni plus ni moins, que le petit frère du Chef du gouvernement. Mieux, Gisèle Akoghet nommée ministre délégué auprès du ministre de la Fonction publique n’est tout autre que sa belle soeur. 

Constat fait, le Chef du gouvernement, celui qui conduit la politique globale de l’Etat et dirige l’action du gouvernement, celui qui en sus est chargé de traduire en acte la volonté politique du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, n’a pas trouvé mieux que de nommer des personnalités issues de sa tribu les « Essibekang »

Quel dessein nourrit Julien Nkoghe Bekale en intégrant dans le gouvernement des membres de sa famille ? Quel message a t-il bien pu leur tenir, celui de l’exigence du développement du Gabon ou de l’avide nécessité de venir eux aussi se farcir leur part du gâteau ?  

Lire aussi: Gabon : énième réaménagement technique du gouvernement Nkoghe Bekale II 

Certains observateurs politiques de la province de l’Estuaire révèlent que Julien Nkoghe Bekale, n’auraient plus aucun respect pour les autres tributs ou clan fang de l’Estuaire. Qu’il aurait donc jeté tout son dévolu aux seuls  Essibekang lesquels ont l’insigne privilège de se faire nommer au gouvernement et au sein de l’administration à l’image du directeur régionale des Douanes de l’Estuaire, de Martin Ngoua Obame, Président du conseil d’administration (PCA)de Sogatra et du reste, oncle du Premier ministre. Et ce n’est pas tout, Martin Ntoutoume Ndong, Directeur général (DG)  de la Marine marchande serait son frère selon l’hebdomadaire La Loupe dans sa parution du Mardi 12 novembre 2019 n° 431. 

Excédés, le mécontentement s’exprime un peu partout entre Nkembo, Atsibe-tsos, Atong Abe, Cocotiers, Lalala et (autres quartiers des fangs de l’Estuaire), où les non Essibekang, laissés pour compte, préviennent, « nous espérons seulement que les Essibekang voteront en 2023. Aucun député de la commune de Libreville n’est au gouvernement, c’est inacceptable »

Le même média révèle que Bruno Minko, DG de la Sogatra est le frère de Julien Nkoghe Bekale, Flore Martine Ngningone Obame DGA de la Caisse Nationale Sécurité Sociale (CNSS) est sa soeur. Idem pour Rémy Ossele Ndong PCA de l’office nationale de sûreté et de facilitation des aéroports du Gabon qui serait son oncle ou encore Jean-Christian Ndong Bibang, Directeur régional des Douanes de Libreville, lui aussi son oncle. Ces révélations de l’hebdomadaire la Loupe consacrent l’hystérie clanique d’un homme, porté par volonté naissante de prouver sa désormais toute puissance.     

Julien Nkoghe Bekale est-il conscient de la fracture et de la scission qu’il crée au sein de l’ethnie Fang? Comment expliquer qu’une capitale politique comme Libreville n’ait aucun représentant du Parlement au gouvernement quand celle d’Akanda moins importante, totalise pour elle seule,  deux ministres ? Les représentativités dans les villes de Port-gentil, Lambaréné, Franceville et Makokou dont les députés sont respectivement, Jean Fidèle Otandault, Madeleine Berre, Nina Abouna et Alain Claude Bilie-By-Nze pour ne citer que ceux là, est pourtant effective. 

Lire aussi: Gabon : le pouvoir du RV s’étiole au sein du gouvernement 

C’est un fait inédit, jamais dans l’histoire de la politique gabonaise, la représentativité gouvernementale s’est faite sans les élus de la commune de Libreville. À Libreville, plusieurs députés du PDG et des partis membres de la majorité ou proches d’Ali Bongo Ondimba s’interrogent sur le motivations de Julien Nkoghe Bekale, quand la commune d’Akanda pourtant moins peuplée d’Akanda moins peuplée bénéficie d’une meilleure représentativité. 

La conduite de la politique globale de l’État, de l’action gouvernementale, principales prérogatives du Chef du  gouvernement doit s’affranchir de ces velléités intentionnelles qui font le lit de la division. Car Julien Nkoghe Bekale a rompu avec les cultures d’antan, en instaurant le parfum fielleux du favoritisme et de l’ethnicisme en lieu et place de la logique gouvernementale et du nécessaire équilibre républicain. 

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt