mardi,22 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: Nkoghe Bekale défend le Code pénal au Sénat, sans évoquer la...

Gabon: Nkoghe Bekale défend le Code pénal au Sénat, sans évoquer la dépénalisation de l’homosexualité

A la suite de l’Assemblée nationale, le Palais Omar Bongo Ondimba a servi de cadre à l’audition du Premier ministre Julien Nkoghe Bekale venu présenter et défendre, le projet de loi portant modification de la loi N° 042/2018 du 05 juillet 2019 portant Code pénal de la République gabonaise. Une présentation qui a également porté sur la très médiatisée proposition de retrait de l’alinéa 5 de l’article 402 du Code pénal prévoyant la répression de l’homosexualité, même si, selon Gabonreview le chef du gouvernement a tenté d’éluder cette question. 

C’est devant la commission des lois, des affaires administratives et des droits de l’Homme que le chef du gouvernement a réitéré l’exercice de présentation du projet de loi portant modification de certaines dispositions du Code pénal en République gabonaise. Une démarche qui s’inscrit dans la volonté du gouvernement de renforcer le dispositif pénal en matière de bonne gouvernance au Gabon. 

Un exposé des motifs assuré par le Premier ministre lui-même et qui selon la présidente du Sénat Lucie Milebou Aubusson a  « suscité plusieurs échanges de la part des vénérables sénateurs ». Il faut dire que cette audition intervient dans un contexte très particulier, en l’occurrence en plein débat sur le retrait de la disposition incriminant l’homosexualité et qui a abouti déjà à un vote favorable à l’Assemblée nationale. 

Sauf que selon nos confrères, Julien Nkoghe Bekale aurait visiblement tenté d’esquiver cette question qui a suscité un véritable tollé au sein de l’opinion. « Les sénateurs n’ont pas beaucoup apprécié cette tentative de fuir le débat. Et les élus l’ont fait savoir au chef du gouvernement dont l’excuse était que le texte qu’il avait à leur soumettre comportait d’autres sujets que celui de la dépénalisation de l’homosexualité en République gabonaise », a-t-on pu lire. 

Ainsi, comme leurs collègues de l’Assemblée nationale, les vénérables sénateurs seront appelés à se prononcer sur cette dépénalisation qui suscite depuis 48 heures une vague d’indignations au sein de l’opinion nationale, quoique saluée sur le plan international. L’examen de ce projet se poursuivra en commission avec l’examen au fond et devrait à terme, aboutir à un vote du Sénat.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Street 103 Gabon Gmt