mardi,24 novembre 2020
Accueil A La Une Gabon: Nkoghe Bekale à l'épreuve de son appel à «l’exemplarité des membres...

Gabon: Nkoghe Bekale à l’épreuve de son appel à «l’exemplarité des membres du gouvernement»

Le premier ministre Julien Nkoghe Bekale franchira-t-il le rubicon en limogeant les membres du gouvernement dont les administrations sont impliquées dans la disparition des 353 conteneurs de kevazingo? C’est la question qui taraude les esprits au sein de l’opinion après la suspension à titre conservatoire d’une dizaine de hauts fonctionnaires des administrations des Eaux et Forêts et de l’Economie, même si l’enquête menée par le B2 poursuit son cours et que ces personnes bénéficient encore de la présomption d’innocence.

Après les sanctions administratives infligées à douze fonctionnaires des administrations des Eaux et Forêts et de l’Économie parmi lesquelles se trouvent des directeurs de cabinet des ministres, des secrétaires généraux de ministère, des directeurs généraux d’administration, l’opinion s’interroge sur la suite de ce dossier qui retient l’attention de tous.

Ces suspensions semblent avoir été prises dans l’optique d’empêcher les agents cités dans cette affaire d’user de leur position pour faire obstruction à l’enquête en cours. La question qui semble toutefois se dégager est celle de la responsabilité des ministres dans cette affaire, car il serait improbable par exemple de voir « un directeur de cabinet tremper dans de telles magouilles sans que son supérieur hiérarchique en l’occurrence le ministre ne soit informé », commente un haut fonctionnaire à la retraite. D’où la question qui désormais occupe les débats : à quand la démission du ministre des Forêts Guy Bertrand Mapangou et de l’Economie Jean Marie Ogandaga?

Une première réponse avait été donnée lors de la déclaration du porte-parole du gouvernement Nanette Longa Makinda qui avait invité « les membres du gouvernement qui seraient impliqués dans cette affaire (…) à en tirer les conséquences qui s’imposent », c’est-à-dire à rendre leur tablier sauf à s’y méprendre sur ce discours purement diplomatique.

Par ailleurs, l’autre question que l’opinion se pose est la position du chef du gouvernement. Si jamais un membre du gouvernement était effectivement impliqué ce dernier tiendra-t-il parole en débarquant manu militari les indélicats, respectant de ce fait son engagement de sanctionner les ministres qui auraient failli à leur mission régalienne.

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion