Gabon/Niger: exemption de visa pour les passeports diplomatiques et de service

Gabon Gabonmediatime 13 (40)
Alain Claude Bilie-By-Nzé et Kalla Ankoura © D.R.

En marge de la 12ème session extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) le 7 juillet 2019 à Niamey, Alain Claude Bilie-By-Nzé et son homologue nigérien Kalla Ankoura ont signé un accord pour l’exemption de visa pour les deux pays. Un accord qui rentre dans le cadre d’une stratégie globale d’ouverture entre les deux pays.

GABON LIBREVILLE

La coopération Gabon-Niger va bon train. Pour preuve, le ministre des Affaires étrangères Alain Claude Bilie-By-Nzé vient de parapher un accord d’exemption de visa pour les passeports diplomatiques et de service des deux pays. Cette signature constitue pour le chef de la diplomatie gabonaise une première étape dans un long processus pour la coopération entre les deux pays.

L’un des objectifs de cet accord signé en marge la 12ème session extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) le 7 juillet dernier dans la capitale nigérienne, est de limiter l’immigration illégale et de permettre aux Gabonais de voyager sans trop de difficultés.

Côté nigérien, les liens de coopération avec le Gabon impliquent des consultations régulières et la protection de leurs ressortissants respectifs. A cela il faut ajouter l’accompagnement dans plusieurs secteurs, notamment la formation et la culture.

Le gouvernement gabonais estime que la libre circulation est un enjeu important pour l’économie gabonaise en phase de diversification. Le pays qui envisage de faire de sa capitale, Libreville, une plaque tournante, ne veut pas avoir le visa comme un frein à cette ambition.

Si ce nouvel accord démontre la volonté du Gabon à s’ouvrir aux autres pays africains, l’on s’interroge sur ses rapports avec certains pays de la sous-région, notamment le Cameroun pour ne pas le citer. En effet, plusieurs ressortissants camerounais se sont plaints de payer un visa d’entrée pour le Gabon. Mieux encore, même pour rentrer chez eux, certains ressortissants de ce pays voisin disent avoir payé un visa de sortie, en dépit de leur ancienneté dans le pays.

Laissez votre commentaire