Gabon: Ndong Sima doute des capacités d’Ali Bongo à «assumer les charges de sa fonction»

Raymond Ndong Sima doute des capacités d’Ali Bongo « à assumer ses fonctions » © GMT

Ce jeudi 17 janvier 2019, l’ancien Premier ministre Raymond Ndong Sima s’est exprimé à travers un post sur sa page Facebook officielle sur la récente apparition du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba après plus de deux mois d’absence à la suite d’une attaque vasculaire cérébrale (AVC) survenue en marge du Davos du désert à Riyad en Arabie Saoudite. Une apparition « furtive » qui a accentué ses doutes sur « sa capacité réelle à assumer pleinement les charges de sa fonction ».

L’ancien candidat à la présidentielle d’août 2016 est sortie de sa réserve pour s’exprimer sur le « voyage éclair au Gabon » effectué par Ali Bongo Ondimba « pour recevoir le serment des membres du nouveau gouvernement » deux mois après avoir subi un AVC qui le donnait pour mort selon plusieurs observateurs de la vie politique gabonaise.

Lire aussi >> Gabon: pas de photos ni de vidéos de la prestation de serment des ministres devant Ali Bongo 

Regrettant qu’à l’occasion de son « retour » au Gabon (Ali Bongo Ondimba, NDLR) n’a pas mis cette occasion à profit pour rencontrer la population l’espace de quelques minutes et dissiper ses doutes », Raymond Ndong Sima fustige le fait que « ceux qui ont organisé ce voyage ont juste voulu assurer, derrière un semblant de légalité, la continuité du pouvoir en place ».

Lire aussi >> Gabon: Ali Bongo reçoit le serment des membres du gouvernement Nkoghe Bekale 

Abordant le déroulé de la cérémonie, l’ancien Premier ministre ne manque pas de révéler que « comme toute la séquence allant de son arrivée secrète, à l’éloignement des médias, l’absence d’audience en dehors du cercle déjà à la manœuvre, l’annulation du conseil des ministres annoncé et finalement son retour rapide et tout aussi discret pour le Maroc » n’ont eu pour effet que d’accroître «  significativement le doute sur sa capacité réelle à assumer pleinement les charges de sa fonction », a-t-il renchéri.

Lire aussi >> Gabon: Ali Bongo de retour à Rabat? 

Rappelant que « le Gabon n’est pas un royaume » et qu’« il n’appartient pas à un groupe d’individus quelle que soit la confiance dont ses membres peuvent se prévaloir de la part du président de la République de statuer en lieu et place du peuple et d’instaurer en quelque sorte une régence », Raymond Ndong Sima condamne ses  « agissements » qui selon lui « mettent inutilement en péril la paix intérieure du pays ».

Laissez votre commentaire