Gabon: la Nationale scindée en deux compagnies aériennes

© D.R

Clouée au sol depuis plusieurs mois par une décision de l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac), la Nationale regionale transport (NRT) a renoncé à toute action en justice suite à la médiation du ministre des Transports et de la Logistique, Justin Ndoundangoye qui a donné lieu à  la scission en deux entités de ladite compagnie aérienne.



C’est par la naissance de deux compagnies distinctes, la Nationale regionale transport (NRT) et la Nationale airways Gabon (NAG) que le conflit né des agissements troubles de l’ancien fondateur Mokhtar Mouketou Nehme qui avait vendu ses parts à Roland Anicet Francis Nzikou, Junior Anicet Mangoumba et Teddy Jean Patrick Nzikou opposés à Rosette Mbourou Nkambissi épouse Mouketou Nehme s’est soldé sous la médiation du ministre en charge de Transports.

Cette médiation qui avait mobilisé juristes, techniciens du secteur aéroportuaire et conseillers du ministre et qui aura duré deux mois avait pour but d’évaluer la situation de l’entreprise, examiner les éléments fournis par les parties, situer l’impact suscité par l’arrêt des vols domestiques avec ce monopole attribué de fait à un seul opérateur resté sur piste a trouvé son épilogue par un accord entre les parties.

Ledit accord signé positionne Rosette Mbourou Nkambissi épouse Mouketou Nehme seule, désormais sur la NAG qui reprend les actifs et le passif de la NRT donc les véhicules, le matériel roulant technique, les baux commerciaux, les équipements bureaux, les comptes bancaires, les dettes sociales et surtout le personnel actuellement en grève. Elle doit également céder tous les documents estampillés National régional transport aux autres actionnaires.

Cet accord qui précise également la renonciation des parties à se réclamer des frais des dommages liés à l’arrêt des vols ainsi qu’à recourir à la justice à l’avenir donne la liberté à chacune des parties de négocier son contrat de location des avions avec le propriétaire, ainsi que la sollicitation auprès de l’Anac son Certificat de transport aérien (CTA).

Laissez votre commentaire