mercredi,2 décembre 2020
Accueil A La Une Gabon: Mouguiama-Daouda déplore le déficit managérial des chefs d’établissement

Gabon: Mouguiama-Daouda déplore le déficit managérial des chefs d’établissement

Dans une interview fleuve accordée à nos confrères du quotidien L’Union ce mardi 27 octobre 2020, le ministre en charge de l’Education nationale a tenu à livrer les contours de la préparation de la rentrée des classes dans les écoles primaires, collèges et lycées du pays. Au cours de cet entretien aux allures d’un publi-reportage Patrick Mouguiama-Daouda a entre autres déploré l’incompétence des chefs d’établissement notamment dans le management des structures académiques dont ils ont la charge. 

Dans les colonnes de L’Union, le ministre en charge de l’Education nationale Patrick Mouguiama-Daouda a annoncé la tenue de l’année académique 2020-2021 « découpée en quadrimestre », une trouvaille que les chefs d’établissements secondaires à savoir les collèges et lycées mettront en oeuvre pour la première fois au Gabon. Se pose donc à juste titre la question de la capacité managériale de ces derniers à mettre en oeuvre ce nouveau mode de fonctionnement des établissements. Toute chose qui a conduit le premier responsable de ce département ministériel à mettre en place, au bénéfice des chefs d’établissement des « formations en management afin de transformer qualitativement la gouvernance ». 

Une façon pour Patrick Mouguiama-Daouda de reconnaître l’incompétence des chefs d’établissement en matière de gouvernance, tout comme celle des responsables de l’administration centrale du ministère de l’Education nationale dont il a la charge. Cet enseignant de l’Université Omar Bongo devenu ministre promet d’offrir à ses collègues des formations pour améliorer leur capacité  managériale car selon lui, « la crise permanente dans l’Éducation est globalement liée au déficit de management observable dans la gestion quotidienne des établissements scolaires ». 

« Naturellement », a-t-il poursuivi dans son entretien paru en début de semaine dernière dans les colonnes de L’Union, les formations dont il sera question porteront sur le « management stratégique et des organisations » et s’étendent à l’administration centrale avec en perspective « une révision progressive des programmes pour introduire progressivement l’enseignement par l’approche pédagogique, et par les compétences (APC) ». 

A ce jour, les chefs d’établissement nommés en septembre 2019 par arrêté du ministre Michel Menga M’Essone restent en fonction alors que leur nomination continue de faire grincer des dents du côté de la Convention nationale des syndicats du secteur l’éducation nationale (Conasysed). Ces promotions en violation de l’article 20 de la Constitution qui voudraient que de tels hauts fonctionnaires soient nommés en conseil des ministres par le président de la République et non par simple arrêté ministériel. Surtout que parmi ces responsables d’établissement selon Louis Patrick Mombo, délégué général de la Conasysed, on retrouve des enseignants du primaire responsables d’établissements secondaires. Ce qui corrobore le déficit de management que déplore le ministre de l’Education nationale lui-même.

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion