Gabon: Montée de tension au sein des régies financières

Wilfried-Erisco Mvou-Ossiala (au centre), porte-parole de la FESYREFAA © D.R

Alors que les choses semblaient rentrées dans l’ordre depuis quelques mois, les fonctionnaires réunis au sein de la confédération des syndicats des régies financières (COSYREF) ont décidé une fois de plus de monter au créneau pour dénoncer l’attitude du gouvernement qui peine à répondre à leurs revendications. Une situation qui a contraint cette structure syndicale à lancer un mouvement de grève générale illimitée jusqu’à satisfaction de leur cahier de charges.  

C’est au cours d’une assemblée générale qui s’est tenue le 4 octobre 2018, que les agents des régies financières regroupant entre autres les ministères du Budget et des Comptes publiques, de l’Economie et des Hydrocarbures ont décidé du lancement d’une nouvelle grève générale et illimitée, jusqu’à la satisfaction totale de leurs revendications.

Après plusieurs mois d’accalmie, la Cosyref par la voix de son président et porte parole Wilfried Erisco Mvou-Ossialas  a dit regretter que le gouvernement jusqu’à’ présent n’ait jamais daigné répondre favorablement à leurs revendications. En effet, ils revendiquent la mise en place d’un cadre juridique des primes, l’harmonisation des grilles de paiement des primes, la régulation des situations administratives de certains agents de ce secteur d’activité, la publication sans délai des résultats de l’audit des effectifs et des primes et le respect des engagements pris, notamment le paiement au dernier jour ouvrable du mois.

C’est donc face au mutisme observé par le gouvernement, que les agents réunis au sein de la confédération des syndicats des régies financières ont décidé de lancer ce mouvement d’humeur qui prendra fin à la seule condition de la satisfaction de l’ensemble des points inscrits dans leur cahier de charges.

Laissez votre commentaire