Gabon: montée de tension sur le front social

© D.R

L’appel à la grève générale lancé par la confédération syndicale Dynamique unitaire (DU) a été moyennement suivi ce lundi 10 décembre par les travailleurs gabonais. Si certaines administrations ont continué à fonctionner normalement, d’autres, comme celles des régies financières ou du secteur pétrolier et activités connexes, ont décidé d’entrer en grève pour des raisons internes.

Le 28 novembre dernier, Dynamique unitaire avait décrété « trois jours de grève générale sur l’étendue du territoire du 10 au 12 décembre » afin de manifester leur opposition au projet de loi de finances 2019 et revendiquer la démission de la Cour constitutionnelle, suite à la « modification illégale » de la Constitution. En ce début de semaine, le bilan de ce mouvement est pour le moins mitigé. Une minorité d’administrations ont suivi le mot d’ordre de la confédération syndicale, tel que le ministère des Petites et moyennes entreprises et de l’artisanat, dont les agents ont barricadé l’entrée hier matin.

Certains secteurs ont fait le choix d’entrer en grève, sans pour autant s’unir à l’appel de DU.  L’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep), qui avait déposé un préavis au Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet le 3 décembre dernier, a finalement déclenché un mouvement de grève générale d’une durée de trois jours dans l’ensemble du secteur pétrolier, à compter de ce mardi 11 décembre et qui a été levé ce mercredi 12 décembre.

De leur côté, deux syndicats des régies financières à savoir le groupement G23 et la Fédération des syndicats des régies financières et administrations assimilées (Fesyrefa), ont décrété, après deux assemblées générales distinctes, un arrêt de travail de trois jours à côté de ce mardi. Les agents du Trésor public, du Budget, des Impôts ou encore des Douanes réclament le paiement intégral des primes corporatives impayées depuis trois mois.

Toutefois, il semblerait que la plupart des administrations fonctionnent normalement en ce début de semaine. Les ministères de l’Education nationale et de la Santé n’ont visiblement pas enregistré de perturbations. Soulignons que lundi après-midi, le Vice-président de la République, Pierre-Claver Maganga Moussavou, a reçu une délégation de DU afin semble-t-il de trouver une solution de sortie de crise. A l’heure actuelle, les discussions ne se semblent pas avoir été concluantes.

Laissez votre commentaire