samedi,26 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon : mise à l’index pour ses sanctions contre la presse, la...

Gabon : mise à l’index pour ses sanctions contre la presse, la HAC en quête de plus de moyens chez Nkoghe Bekale

Confrontés à des difficultés financières malgré un budget de près d’un   milliard de FCFA en 2019, les Conseillers membres de la Haute Autorité de la Communication (HAC) ont été reçu ce lundi 23 décembre 2019 par le premier ministre Julien Nkoghe Bekale. Il était question pour les membres de cette administration indépendante de rendre compte des difficultés auxquelles ils sont confrontés au quotidien dans l’accomplissement de leurs missions. 

C’est conduite par son porte-parole, Jean François Moussaka Ngonga que la délégation de la HAC a été reçue par le chef du gouvernement. Objectif faire part à celui-ci des difficultés auxquelles ils sont confrontés au quotidien dans l’accomplissement de leurs missions régaliennes. Si les conseillers membres de l’organe de régulation des médias se sont défendus des idées distillées dans l’opinion, faisant d’eux des pourfendeurs de la liberté de la presse, ils ont relevé que plusieurs aspects entrent en ligne de compte. 

Ainsi, selon les membres de la HAC, réguler ne se résume pas exclusivement qu’aux sanctions. Il y a des aspects bien plus importants, notamment l’accompagnement des médias, entre autres. « Cet aspect qui est indispensable nécessite que le Gouvernement nous accompagne », a indiqué Jean François Mouwaka Ngonga. S’agissant des récriminations dont ils font l’objet, il a indiqué que le Code de la Communication a été élaboré non pas par la HAC, mais par le Gouvernement. 

Il faut dire que depuis sa mise en place, l’autorité administrative s’est illustrée par des mesures répressives contre plusieurs médias. En juillet 2019 par exemple elle avait décidé de suspendre une trentaine de médias en ligne. Une position qui a d’ailleurs amené l’organisation non-gouvernementale, Reporters sans frontière (RSF) à appeler à la réforme du fonctionnement de cet organe de régulation dirigé par Raphaël Ntoutoume Nkoghe afin qu’il remplisse son rôle originel : celui de défendre la liberté de la presse, plutôt que les intérêts du pouvoir.

Plus récemment le document final du dialogue politique intensifié entre l’Union européenne et le Gabon est revenu sur la problématique des violations des libertés fondamentales et plus particulièrement des difficultés rencontrées par les médias notamment avec les sanctions récurrentes de l’autorité de régulation de la communication.  

Ainsi, cette rencontre avec le chef du gouvernement a permis d’aborder cette épineuse question mais surtout celle liée à la gestion de l’autorité administrative. Aussi le porte-parole de la HAC, Jean François Mouwaka Ngonga a exprimé son satisfecit au sortir de cette audience. « Le Premier Ministre a été sensible et attentif à nos préoccupations. Nous sortons de cette rencontre assez satisfaits. Bien sûr qu’il n’y a pas eu d’engagement ferme, mais il nous a rassuré en tant que Chef du Gouvernement qu’il va donner des directives aux Ministres concernés par ce dossier pour que certaines difficultés auxquelles nous sommes confrontés trouvent rapidement des solutions », a-t-il déclaré.

Rappelons que la HAC a pour principales missions de garantir l’accès à une communication libre, veiller au traitement équitable par les médias publics de tous les partis politiques et associations politiques légaux, faire respecter par les médias publics les règles et conditions de production, de programmation et de diffusion des émissions relatives aux campagnes électorales.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Street 103 Gabon Gmt