Gabon: Minlama Mintogo tire à boulets rouges sur les mesures d’austérité du gouvernement

Dieudonné Minlama Mintogo, président d'Ensemble pour la République (EPR) © D.R

Dieudonné Minlama Mintogo, le président du parti politique Ensemble pour la République (EPR), a, par le moyen d’un communiqué rendu public le mercredi 3 avril dernier, réagi  aux mesures d’austérité annoncées par le gouvernement lors de son dernier conseil des ministres daté du 29 mars 2019, qui selon le leader politique, sont de nature à susciter un réchauffement du climat social dans le pays.



Les récentes mesures prises lors du Conseil des ministres du 29 mars dernier n’ont pas fini de susciter des réactions au sein de l’opinion nationale. Ainsi, le tour est revenu au  président du parti politique Ensemble pour la République (EPR) de se prononcer sur ces mesures prises dans le cadre du plan de relance économique intervenu depuis la fin du deuxième trimestre de l’année 2018.

Dieudonné Minlama Mintogo s’est interrogé d’entrée de jeu sur les motivations réelles de telles mesures qui, selon lui, auront pour conséquence de précariser un peu plus les populations. Pour le président de l’Observatoire national de la démocratie, elles sonnent « la désolation et le désespoir au sein de nos populations. Ces mesures vont aussi accentuer la fracture sociale et fragiliser davantage notre vivre-ensemble », a-t-il indiqué.

« N’existe-t-il pas d’autres voies à explorer pour assainir les finances publiques ? », s’est-il demandé, avant de souligner que « cette politique d’austérité qui ne cesse de se durcir, sans mesures d’accompagnement et sans encadrement, dans un environnement politique trouble, risque de précipiter le pays dans l’incertitude et l’instabilité».

Chantre de l’instauration d’un réel dialogue entre les forces vives de la Nation, l’ancien candidat à l’élection présidentielle a réitéré son appel à l’organisation d’un dialogue véritablement inclusif.  « Le Gabon a plus que besoin de tous ses fils et de toutes ses filles pour juguler cette crise et définir ensemble les contours d’un nouveau Gabon plus développé et plus juste envers tous ses enfants », a-t-il conclu.

Laissez votre commentaire