Gabon: le ministère de la Santé en guerre contre les faux médecins

Denise Mekam'ne, ministre de la Santé © D.R

C’est au cours d’une rencontre qui a eu lieu le 21 décembre dernier entre le ministre d’État chargé de la Santé, Denise Mekam’ne Edzidzie et le secrétaire général dudit département Guy-Patrick Obiang que ce dernier a remis le rapport des travaux de la commission chargée de l’examen des structures sanitaires privées de Libreville, Owendo et Akanda. Ainsi, selon les conclusions de ce document, non seulement plusieurs irrégularités ont été constatées dans ces établissements, mais il ressort également que des professionnels de ce secteur exerceraient sans autorisation.

Au cours de cet  échange, il était question pour le Dr Guy-Patrick Obiang de faire le point avec le membre du gouvernement de la situation du système sanitaire gabonais. Il a profité de cette occasion pour non seulement fustiger les dérives au niveau des structures sanitaires privées, mais il s’est également insurgé contre l’attitude dangereuse de certains praticiens.

« Nous avons constaté que beaucoup de praticiens , beaucoup de professionnels de la santé exercent dans le secteur privé sans une autorisation quelconque , et cela met effectivement en doute la véracité  de leurs diplômes », a révélé le secrétaire général du ministère de la Santé.

Une situation assez embarrassante quand on sait qu’après la première campagne, plusieurs mesures avaient été prises durant le conseil des ministres mais ne sont toujours pas appliquées. Le président de ladite commission a interpellé son ministre de tutelle sur la prolifération de ces établissements sanitaires illégaux qui sont un danger pour les patients qui désespérément les fréquentent .

Toute chose qui n’a pas laissé indifférente Denise Mekam’ne Edzidzie, qui s’est dite déterminée à venir à bout de ce phénomène. « Bien qu’il y ait eu des tentatives qui sont allées dans ce sens et qui n’ont pas été suivies , certainement du fait des complicités en interne. Mais cette fois-ci nous allons être stricts », a-t-elle martelé.

Laissez votre commentaire